Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouveau plan social en vue pour GE en France





Le 10 Septembre 2020, par La rédaction

Le géant industriel américain General Electric s'apprêterait à lancer un nouveau plan de suppression d'emplois en Europe et en France. Bruno Le Maire dénonce un « plan social d'aubaine ».


764 suppressions de postes en France

GE aurait en préparation un nouveau plan social : 1.225 emplois en Europe seraient ainsi menacés, dont 764 en France. Un projet dévoilé par France Bleu Belfort-Montbéliard selon des sources syndicales. Ce sont les activités françaises de GE Energy qui seraient particulièrement visées pour la partie liée à l'Hexagone. Cette branche, spécialisée dans les énergies renouvelables, avait racheté l'activité Énergie d'Alstom en 2015. General Electric aurait l'intention de fermer le site GE Hydro à Belfort, qui emploie 89 salariés, des anciens d'Alstom.

Tous les postes basés à Belfort ne seraient pas touchés par cette coupe franche : une trentaine de salariés se verraient proposer de déménager à Grenoble, au sein d'un autre site de GE Hydro. Damien Meslot, le maire de Belfort, a vivement réagi : « Symboliquement, c'est la poursuite du démantèlement de GE dans un de ses sites historiques ». Alstom, puis GE, font partie de l'héritage industriel du territoire. Il poursuit : « Je vois se profiler par exemple, à Belfort, chez General Electric un certain nombre de propositions qui ne me paraissent pas toutes correspondre aux engagements qui ont été pris par General Electric ».

Plan social d'aubaine

Le plan social doit être rendu officiel durant un comité d'entreprise européen la semaine prochaine. Le gouvernement ne compte pas rester les bras croisés pendant ce temps. Durant une audition devant la commission des finances du Sénat, Bruno Le Maire a dénoncé les plans sociaux d'aubaine dont certaines entreprises, dont GE, pourraient profiter en cette période de crise sanitaire et économique : « Il y a des difficultés et ça peut amener certaines décisions, mais certainement pas des décisions d'aubaine. Et il faut que les choses soient claires », a expliqué le ministre de l'Économie.

Ces « plans sociaux d'aubaine » ne sont « pas acceptables et nous ne les laisserons pas passer », a-t-il martelé. Le ministère entend utiliser tous les outils à sa disposition pour peser sur la décision de GE : Bruno Le Maire va d'ailleurs s'entretenir avec Larry Culp, le PDG du groupe. « La crise économique doit amener chacun à faire preuve du sens des responsabilités et à ne pas profiter de la situation pour engager des plans sociaux qui ne seraient pas indispensables pour que l'entreprise puisse rebondir ».




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook