Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouveaux épisodes dans le feuilleton de l'acquisition de SFR





Le 13 Mars 2014, par

La bataille pour le rachat de SFR bat son plein. Les deux prétendants, Bouygues Telecom et Numericable, font assaut de propositions pour remporter le morceau.


Bouygues frappe fort en bonifiant son offre d'acquisition de 800 millions d'euros. Ce sont 11,3 milliards que Bouygues offre désormais à Vivendi pour le rachat de l'opérateur au carré rouge; Vivendi conservera 43% du capital. En prenant en compte toutes les synergies attendues, au finale cette offre valorise SFR à hauteur de 20 milliards d'euros (15,5 milliards avant les synergies que compte opérer Bouygues). L'acheteur réitère sa volonté d'introduire le nouvel ensemble en Bourse après la réalisation de la fusion, ce qui permettra d'offrir à Vivendi et ses actionnaires une liquidité immédiate. 
 
Bouygues a également préparé ses arrières en proposant à Free Mobile de reprendre son réseau mobile pour 1,8 milliard d'euro - de quoi s'offrir à bon compte les faveurs de l'Autorité de la Concurrence qui devra valider la fusion Bouygues/SFR… Mais si l'on a beaucoup parlé de l'offre de Bouygues, Numericable reste également dans la boucle. Le câblo-opérateur joue la carte de l'emploi : il assure pouvoir affecter 3 000 de ses emplois à SFR, si la balance penche en sa faveur.
 
Pour Numericable, les fameuses synergies attendues avec l'offre de Bouygues sont un moyen de masquer le fait que des doublons sont inévitables. Dans Le Parisien, Eric Denoyer le PDG de l'entreprise prévient : « Nous avons 130 boutiques dans lesquelles nous ne vendons que de la fibre et des services pour la télévision. SFR a plus de 700 boutiques et Bouygues 600 qui sont, pour la plupart côte à côte et vendent le même service et les mêmes smartphones ». Il a également fait parvenir un courrier à Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin afin d'assurer de ses engagements en matière d'emploi. Enfin, Numericable devrait à son tour relever son offre pour SFR.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook