Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouvelle taxe : vos billets d'avion vont (encore) augmenter





Le 4 Septembre 2023, par Axelle Ker

Le ministre des Transports, Clément Beaune, a annoncé une nouvelle taxe sur les billets d'avions dans le cadre du nouveau projet de loi de finance de 2024. Cette initiative a généré de vives réactions auprès du secteur aérien qui craint pour sa compétitivité.


nouvelle-taxe-billets-davion-compagnies-aeriennes
nouvelle-taxe-billets-davion-compagnies-aeriennes

Le secteur aérien s'oppose "fermement" à cette nouvelle taxe sur les billets d'avion

Réaffirmée lors d'un entretien donné par le ministre des Transports, Clément Beaune, auprès de nos confrère de Franceinfo ce lundi 4 septembre 2023, la nouvelle taxe sur les billets d'avion sera présentée avant la fin du mois dans le cadre du projet de loi de finance. Le ministre des Transports a ainsi justifié cette nouvelle taxe par la nécessité d'investir dan la transition écologique : « l'une des sources de financement (vers la transition écologique), c'est de demander aux modes de transport les plus polluants, la route et l'avion, de financer l'investissement, notamment dans le train pour qu'il y ait plus de trains et que les prix soient moins élevés ». La mise en application devrait directement se répercuter sur le prix du billet d'avion suivant le profil du voyageur a déclaré le Clément Beaune : la « taxation (sera) différenciée en fonction du pouvoir d'achat des passagers et de la distance, et donc de l'impact écologique ». 

Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair et président de la Fédération Nationale de l'Aviation et de ses Métiers (FNAM)  qui représente plus de 370 entreprises et 95 % du secteur aérien français, n'a pas tardé à exprimer son mécontentement, soulignant l'absence de concertation entre le gouvernement et les acteurs du secteur aérien : « Nous sommes fermement opposés à cette taxe qui n'a fait l'objet d'aucune concertation et dont nous avons appris l'existence dans la presse ».

Perte de compétitivité pour le secteur de l'aérien français

La situation s'annonce donc difficilement tenable pour les compagnies aériennes françaises. Le transport aérien subi de fortes pressions financières comparé au transport ferroviaire. Malgré la reprise progressive de son activité, le secteur aérien peine à retrouver une activité d'avant covid-19. Cette nouvelle taxe risque d'entacher encore davantage la compétitivité des compagnies aériennes françaises comme l'a souligné Pascal de Izaguirre : le secteur de l'aérien « supporte déjà énormément de taxes et de redevances contrairement à ce qui est dit ». En effet, bien qu'il n'y ait pas de taxe sur le kérosène, si l'on cumule l'ensemble des taxes qui existent déjà, celles-ci représentent près « de la moitié du prix d'un billet d'avion » (TVA, taxe de l'aviation civile, taxe de de sureté et de sécurité, taxe générale de l'Aviation civile (DGAC), taxe sur les nuisances sonores, etc.). « Les taxes sur l'aérien sont intégralement répercutées sur les prix du billet car les compagnies aériennes ne font pas suffisamment de marge pour absorber l'augmentation des coûts. » 

La situation du secteur aérien est donc fragile, si les marges des compagnies aériennes ne cessent de se réduire, les compagnies aériennes risquent au pire de faire faillite, au mieux, de ne pas pouvoir investir dans les équipements et carburants non fossiles alors qu'elles s'étaient pourtant fixées l'objectif de zéro émission nette de CO2 d'ici 2050.  C'est d'ailleurs un des point de discorde du secteur avec l'initiative du ministre des Transports : « si nouvelles taxes il y a […] sur le transport aérien, elles doivent être fléchées vers la décarbonation du transport aérien, et pas pour financer […] la SNCF », a ainsi fustigé Pascal Izaguirre. 

En plus de la nouvelle taxe, le ministre des Transports, Clément Beaune, envisage également l'introduction d'un tarif minimum pour les billets d'avion en Europe, dans le but de lutter contre le « dumping social et environnemental ». 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook