Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouvelles suppressions d'emplois en vue pour Nissan





Le 29 Janvier 2020, par françois Lapierre

La nouvelle direction de Nissan aurait concocté une potion amère pour redresser les comptes du constructeur automobile et retrouver le niveau de profitabilité moyen de l'industrie.


Une situation « critique »

Sous l'ère Carlos Ghosn, Nissan a misé sur les volumes pour inonder le maximum de marchés avec ses véhicules. Une stratégie qui n'a pas rencontré le succès escompté : non seulement les capacités de production mondiales sont sous utilisées (de 40%), mais encore la profitabilité du groupe est dix fois inférieure à celle du reste de l'industrie. Elle s'établit à 0,6% au premier semestre, contre 6% en moyenne pour la concurrence. Pour s'en sortir, le constructeur automobile misait sur la demande, mais celle-ci n'est pas au rendez-vous en raison de l'attrait modeste pour les derniers modèles.

La nouvelle direction de l'entreprise menée par Makoto Uchida veut prendre le taureau par les cornes, et pour cause : après sa fuite du Japon, Carlos Ghosn avait déclaré que Nissan ferait « probablement faillite » dans deux à trois ans si le constructeur poursuivait sur cette lancée. Selon Reuters, une source proche du dossier parle d'une situation « critique » : « C'est ça ou mourir ». Autant dire que le plan de restructuration s'annonce difficile. L'agence de presse a obtenu des détails sur la potion amère qui attend le groupe dans les prochains mois.

Coupes claires dans les effectifs

Nissan s'apprête déjà à supprimer 12 500 postes d'ici 2023, ce qui représente 10% de ses effectifs. L'annonce de cette coupe claire a été faite en juillet dernier. Mais le constructeur devrait se séparer de 4 300 postes supplémentaires et il envisage la fermeture de deux usines. C'est principalement l'Europe et les États-Unis qui subiront les principales pertes, notamment dans les départements marketing et vente.

De la sorte, le groupe industriel pourrait économiser 4,4 milliards de dollars tout en retrouvant le niveau de profitabilité de la concurrence d'ici trois à quatre ans. Une opération qui nécessite de réaliser des économies et de relancer la marque. Pour cela, la direction veut dépoussiérer la gamme de véhicules, une tâche qui s'annonce ardue mais qui est indispensable à la survie de l'entreprise.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook