Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Numericable-SFR et Bouygues Telecom : le gouvernement en première ligne





Le 23 Juin 2015, par

L’an dernier, Arnaud Montebourg et le gouvernement dans son ensemble avaient tenté, en vain, de pousser SFR dans les bras de Bouygues Telecom. On a vu le résultat : nul. Pourra-t-il en aller autrement maintenant que Numericable-SFR veut s’offrir Bouygues Telecom ?


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Patrick Drahi, le patron d’Altice la holding qui détient Numericable-SFR, veut Bouygues Telecom. À tel point qu’il valorise l’entreprise à 10 milliards d’euros alors qu’elle ne coûtait « que » la moitié il y a un an. Cette volonté de devenir numéro un des télécoms en France a fait réagir le gouvernement très rapidement. 

Dès dimanche et les premières rumeurs de cette acquisition, Emmanuel Macron le ministre de l’Économie, a mis le hola. « Que chacun se concentre sur les engagements pris en matière d'investissements, sur l'innovation, sur l'attribution imminente de la bande (de fréquences) 700 MHz et sur les opérations. C'est cela qui est bon pour l'emploi dans le secteur, pour la production et l'équipement du pays ». 

Il faut dire que l’État a tout intérêt à ce que les enchères des bandes de fréquence 700 MHz aient le maximum de joueurs autour de la table : une partie de l’argent généré ira abonder le budget de la Défense… Et des enchères à trois sont nécessairement moins intéressantes que des enchères à quatre !

Michel Sapin, ministre des Finances, a de son côté prévenu Patrick Drahi qu’il ne fallait pas bâtir un empire « sur le sable de l’endettement ». Altice s’est endetté à hauteur de 33 milliards d’euros en deux ans. Enfin, Manuel Valls a mis cinq conditions au mariage entre les deux opérateurs : le maintien de l’emploi (la « casse sociale » pourrait être de 3 000 salariés), l’investissement, les enchères 700 MHz, l’innovation et la qualité du service aux consommateurs.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : numericable

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook