Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Oberthur Fiduciaire sécurise sa Supply Chain





Le 12 Juin 2018, par Benoit Jansein

En juillet 2017, Oberthur Fiduciaire a annoncé le rachat de la société VHP Security Paper aux Pays-Bas, une référence dans la fourniture de papier pour les imprimeurs de billets de banque. Sur un marché de l’impression fiduciaire construit autour d’impératifs de sûreté et de confidentialité, Oberthur Fiduciaire souhaite sécuriser ses approvisionnements en « matières premières ». Objectif affiché : garantir la qualité et protéger l’amont de la chaine de valeur.


Stratégie industrielle
 
Dans le secteur de l’impression fiduciaire, c’est-à-dire la fabrication de billets de banque, les appels d’offres et les contrats se traitent au plus haut niveau, celui des États et des banques centrales. Les exigences de sûreté et de confidentialité y sont donc très fortes à toutes les étapes de la supply chain. Thomas Savare, directeur général d’Oberthur Fiduciaire, sait l’importance de la maîtrise de cette chaîne de valeur : « Les marchés sur lesquels nous intervenons passent par des procédures d’appel d’offres induisant des règles très strictes. Sur ces marchés, c’est d’abord l’excellence technique qui permet de l’emporter. Nos clients examinent de façon extrêmement minutieuse les garanties que nous pouvons leur offrir, notamment en termes de durée de vie des billets et de sécurité » (1). Et cela ne signifie pas seulement conserver une longueur d’avance sur les contrefacteurs et les faussaires, mais aussi sécuriser les approvisionnements en matières premières, notamment les papiers spéciaux.
 
C’est pourquoi Thomas Savare décide en juillet 2017 de racheter la société VHP Security Paper, une référence dans la fourniture de papier pour les imprimeurs de billets de banque. Son usine aux Pays-Bas est capable de produire 6 500 tonnes de papier par an et d’exporter dans plus de 140 pays. La transaction de 30 millions d’euros inclut les droits de propriété intellectuelle liés à la production de papiers spéciaux pour les billets de banque (2). Oberthur Fiduciaire parvient ainsi à maîtriser la production du papier fiduciaire comme celle du billet de banque, mais également de proposer l’un comme l’autre à ses différents clients de par le monde, avec le même niveau d’exigence et de qualité. Pour Thomas Savare, « cette opération était le bon choix et d’un intérêt bien compris pour les deux parties » (3).
 
Sécurité, maître-mot
 
Oberthur Fiduciaire possède une identité forte, héritée d’une histoire bicentenaire. Pour Thomas Savare, cela constitue un atout formidable : « Oberthur Fiduciaire a su rester fidèle à sa compétence originelle, l’impression, mais en la faisant évoluer considérablement aux plans stratégique et technologique. Nous sommes fiers d’avoir toujours choisi le mouvement qui est aujourd’hui le seul gage de pérennité ». C’est ainsi qu’en 2008 Oberthur Fiduciaire crée la surprise en se retirant du marché boursier, choix que Thomas Savare ne regrette pas : « Grâce à l’indépendance et à la stabilité que lui offre sa structure familiale, Oberthur Fiduciaire a en effet la chance de pouvoir poursuivre méthodiquement et sereinement des objectifs stratégiques à moyen et à long terme ». Puis en 2011 — en cédant son activité cartes à puce qui représente à l’époque 80 % des revenus du groupe — Oberthur Fiduciaire décide de se focaliser sur l’un de ses métiers, probablement le plus particulier : l’impression et la fabrication de billets de banque.
 
La stratégie est rapidement payante et l’entreprise consolide de la sorte son leadership sur ce marché porteur.  « Dans un univers de plus en plus concurrentiel, se recentrer sur le cœur de métier est un gage d’excellence et, donc, de compétitivité. Seuls survivent les meilleurs de leur secteur, ceux qui maintiennent leur avance technologique ». L’impression fiduciaire est en effet une activité industrielle à haut contenu technologique : le cœur de métier d’Oberthur Fiduciaire relève de « l’artisanat high-tech », les billets de banque étant aujourd’hui des condensés d’innovation en matière de process industriel, de recherche graphique et, surtout, de sécurité. Le maître-mot dans ce secteur.

Un marché porteur
 
Cette stratégie d’acquisition a aussi été permise par des conditions de marché favorables. « Notre secteur est appelé à connaître une croissance soutenue dans les années à venir en raison de facteurs structurels : […] il y a d’abord la dynamique de la mondialisation qui va de pair avec un désir de singularisation qui, pour les États, s’incarne traditionnellement dans l’émission de monnaies ». Mais dans lequel il faudra exceller plus que jamais : « Notre métier va connaître une complexification croissante qui contribuera à renforcer la position des entreprises dont le savoir-faire et la culture d’innovation sont bien établis », prédit Thomas Savare. Pour Oberthur Fiduciaire, le choix s’est donc porté depuis juillet 2017 sur la sécurisation d’un composé essentiel des billets, le papier. Cela permet de consolider une offre qui permet déjà à cette entreprise française de revendiquer plus de 70 pays clients dans le monde.
 
(1) https://www.carnetsdubusiness.com/RDV-avec-Thomas-Savare-CEO-d-Oberthur-Fiduciaire_a516.html#p2StEZHhG5iESyrx.99
(2) https://www.carnetsdubusiness.com/Oberthur-Fiduciaire-agite-la-filiere-de-l-impression_a1679.html  
(3) https://www.thestrategist.media/Oberthur-Fiduciaire-growing-in-Europe_a2488.html     




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook