Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Obsolescence programmée : premiers pas pour l’indice de réparabilité





Le 3 Juillet 2018, par

L’obsolescence programmée, c’est un des grands chantiers du gouvernement sur le front de la consommation. Un groupe de travail composé entre autres d’industriels a débuté ses travaux de réflexion la semaine dernière.


D’ici le 1er janvier 2020, un indice de réparabilité fera son apparition pour les produits électroniques et électroménagers. Cette note sur dix sera calculée en fonction de dix critères qui seront décidés par un groupe de travail. Brune Poirson, la secrétaire d’État en charge du dossier, a expliqué durant une visite au LaboFnac que cet indice a l’objectif d’apporter au consommateur une information utile et « pragmatique ». Quant aux constructeurs, il ne s’agit pas de créer une norme « absurde » mais de se montrer « incitatif ». Si l’indice ne fonctionne pas, alors « nous passerons aux sanctions et aux mesures contraignantes ». L’obsolescence programmée est, depuis 2015, un délit passible de sanctions.

L’économie circulaire, dans lequel s’inscrit la lutte contre l’obsolescence programmée, représente potentiellement 300 000 emplois, « locaux et non délocalisables ». L’enjeu est de taille donc, et il touche aussi bien les consommateurs que pour les industriels. Le groupe Fnac Darty est d’ailleurs un précurseur en la matière, d’où la visite de la secrétaire d’État. Le groupe de travail rendra ses conclusions d’ici la fin de l’année. 

Fnac Darty s’appuie sur 40 ans d’expertise en matière de tests de produits. Il existe ainsi un « indice de réparabilité LaboFnac » qui établit sur 100 points une note établissant la facilité de réparation d’un appareil électronique. Les ordinateurs portables y font partie depuis peu. Plus globalement, l’obsolescence programmée est devenue un enjeu mondial, que ce soit pour l’économie ou pour l’environnement. Sur le marché des produits électroniques, la tendance actuelle est à la fermeture et à la quasi-impossibilité de changer tel ou tel composant. Le coup de pression donnée par la France et par d’autres pays est en mesure de changer la donne.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook