Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Orange aimerait se retirer d'Israël





Le 4 Juin 2015, par Léa Pfeiffer

Dans une déclaration faite au Caire, Stéphane Richard a déclaré qu'il retirerait Orange d'Israël dès « demain » s'il le pouvait. Une décision freinée par l'« énorme risque financier » qu'elle représente.


shutterstock / Economie Matin
shutterstock / Economie Matin

Un séisme en réponse à la pression exercée sur Orange

Par ces mots, le dirigeant français a semblé vouloir répondre à la pression croissante exercée sur Orange, dans le cadre de la campagne de boycott et d’appels aux sanctions contre Israël en raison de la poursuite de l’occupation en Cisjordanie.

En effet, dans un rapport intitulé « Les liaisons dangereuses d’Orange dans le territoire palestinien occupé » publié il y a quelques semaines, la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH), la CGT et le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre solidaire) appelaient le Gouvernement français, actionnaire de la société, à faire plier l’opérateur.

Le rapport en question met en relief la complicité indirescte d'Orange dans l'occupation israélienne en Cisjordanie. En effet, son contrat avec son partenaire local, Partner Communications, repose sur « un accord de licence de marque signé en 1998, renouvelé en 2011 et amendé en 2015 ». Il permet à Partner d'utiliser l'image d'Orange contre une redevance.

Orange en Israël pour encore dix ans

« L’entreprise de télécommunications israélienne Partner exerce des activités économiques et réalise des profits dans les colonies israéliennes, notait le rapport. Elle a construit et possède une centaine d’antennes sur des terres privées palestiniennes confisquées, offre ses services aux colons et à l’armée israélienne, et tire profit des restrictions à l’économie palestinienne. »
 

C'est ce même accord qui empêche Orange de quitter Israël. Le coût d'une rupture unilatérale avec Partner aurait un coût trop important en termes de pénalités.
 

Haim Romano, le PDG de Partner Communications, s'est dit surpris par les déclarations de Stéphane Richard. « Nous avons un accord pour utiliser la marque qui a été récemment reconduit et court sur encore dix ans » a-t-il réagi. La société insiste sur le fait qu’elle est israélienne et n’appartient pas à Orange.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook