Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Orange remporte une partie dans sa bataille contre le fisc





Le 7 Décembre 2016, par

De 2000 à 2010, Orange a utilisé plusieurs moyens pour réduire ses bénéfices et ainsi, payer moins d’impôts. Le fisc a contesté la réalité de ces réductions et assujetti l’opérateur à un redressement de 1,9 milliard d’euros.


Après une bataille de prétoires qui a duré plusieurs années, Orange a fini par obtenir du Conseil d’État le renvoi devant la Cour d’appel de Versailles de ce litige fiscal. Il faut dire que la somme est particulièrement importante… L’entreprise a donc remporté une manche, mais elle n’a pas encore remporté son bras de fer contre l’État.

En 2001 et 2002, Orange s’est appuyé sur de lourdes pertes pour ne pas payer d’impôts sur les bénéfices ; puis, en 2005, l’opérateur profitait des pertes d’une filiale absorbée cette année-là pour en déduire les moins-values dans le calcul de ses bénéfices. Résultat : le groupe a payé moins d’impôts sur ces bénéfices.

Bercy a contesté ces calculs et obtenu de la justice le versement de 1,9 milliard d’euros en 2013 ; après un appel auprès de la cour d’appel de Versailles, Orange a de nouveau perdu. Le Conseil d’État s’est finalement rangé du côté d’Orange, qui se dit « heureux de la décision ». Mais l’affaire est loin d’être terminée.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : orange

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook