Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Où l'on reparle du carnet de santé numérique





Le 7 Novembre 2018, par Hubert De LANGLE

Tel un serpent de mer, le thème du carnet de santé numérique revient à la surface. 40 millions de DMP (dossier médical partagé) seront ouverts d’ici cinq ans, a annoncé Mme Agnès Buzyn, ministre de la Santé ce 6 novembre 2018.


Christian Aghroum, vous êtes l’auteur d’un essai « La grande illusion du monde numérique » paru chez VA Éditions, dans lequel vous invitez le lecteur à partager vos craintes dans l’usage effréné de ce que vous appelez les « toujours nouvelles technologies ». En quoi ce DMP présente-t-il des risques ?

N’avoir du Dossier Médical Partagé qu’une approche anxiogène conduirait à passer aux côtés du progrès que nous apporte cette technologie. Chacun d’entre nous disposera ainsi d’un fichier complet, à jour, de l’ensemble des données de santé nécessaire à un suivi régulier et propice au dépistage de nombreuses maladies. Un blessé inconscient pourrait sans difficulté être immédiatement pris en charge tout en disposant de données complètes (groupe sanguin, allergies, traitement en cours…) dès lors que l’identification de la personne aura été confirmée. À titre de politique de santé, le traitement global des données, dès lors qu’anonymisées, permettra une photographie de l’état de santé général d’une population donnée.

Certes, mais quel est le risque ?

Celui régulier du traitement en masse de données informatiques et tout particulièrement de la fuite ou du vol de ces données. Les moyens de traitement moderne permettent de limiter au mieux ce risque même si en matière de cybersécurité le risque zéro n’existe pas.

Christian Aghroum
Christian Aghroum

Que faire alors ?

Il faut analyser l’écart entre un risque de perte/fuite/vol de données et le gain pour nos concitoyens. Le dossier est ancien, car la volonté de bien faire, l’ambition de progrès ont été, en partie, freinées par l’absence d’assurance de sécurité. C’est une précaution de bon aloi ; notre approche des nouvelles technologies n’a pas toujours été frappée au coin du bon sens et a conduit à des débordements fâcheux. C’est l’une des idées fortes de mon essai, sous-tendue par la nécessité de laisser à l’Homme sa place au sein d’une société de progrès accompagnée d’une réflexion éthique permanente.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook