Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Paramount bientôt dans les griffes de Dreamworks ?





Le 2 Mars 2016, par

Paramount, mythique studio hollywoodien, pourrait bien se vendre au plus offrant. Le propriétaire Viacom, a perdu la clé de la rentabilité. Dreamworks est en embuscade.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Le catalogue de Paramount est prestigieux : c’est lui en effet qui a produit des blockbusters comme Indiana Jones, le Parrain, ou encore la série des Mission Impossible. Mais l’entreprise est bien mal gérée et croule sous une dette de 12 milliards de dollars, en majeure partie engloutie pour racheter ses propres actions.

Viacom, qui possède Paramount, pourrait bien ne pas avoir le choix que de se séparer de sa filiale coûteuse : le géant américain du câble souffre de la désaffection des téléspectateurs, qui se tournent vers internet. Le nouveau patron du groupe, Philippe Dauman, a évoqué récemment la possibilité d’une ouverture du capital de Paramount. C’est pourquoi les acquéreurs potentiels rôdent autour du studio. 

Dreamworks, une société deux fois plus petite que Paramount, aimerait plutôt complètement avaler le studio. L’hypothèse d’une fusion circule en tout cas, avec à la manœuvre Jeffrey Katzenberg, patron de Dreamworks (King Fu Panda, L’Age de Glace…) et vieux routier d’Hollywood. Un tel mariage pourrait rebattre les cartes de l’industrie du cinéma américain.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : cinéma

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"
















Rss
Twitter
Facebook