Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Paris : hausse à prévoir des taxes immobilières pour les propriétaires





Le 16 Novembre 2020, par La rédaction

Avec une dette qui explose et des comptes dans le rouge, la Mairie de Paris a besoin de renflouer ses caisses. De l'argent frais qui pourrait provenir des poches des propriétaires immobiliers.


Dette explosive

Anne Hidalgo pourrait bien revenir sur une de ses promesses électorales, à savoir celle où elle s'engageait à ne pas augmenter les impôts. Il faut dire que la crise sanitaire est passée par là et avec elle, le creusement des déficits de la ville. La dette de Paris devrait s'établir à 7,1 milliards d'euros l'année prochaine. Les comptes sont dans le rouge et leur aggravation s'est poursuivie depuis le début de l'épidémie. Bref, il faut trouver de l'argent frais ! Et ce sont les propriétaires qui vont être mis à contribution, selon Le Monde.

À commencer par ceux qui possèdent une résidence secondaire dans la capitale. D'après une étude de l'Insee, 9 % des logements sont dans ce cas, c'est deux fois plus qu'en Ile-de-France. Le projet de la maire de Paris est de doubler le montant de la taxe d'habitation par rapport à celles des résidences principales. On franchirait ici un cap significatif, puisque la majoration actuelle est de 60 % « seulement ». Mais ce n'est pas tout. L'édile a également en projet d'augmenter les droits de mutation, autrement dit les frais de notaire.

Les propriétaires vont mettre la main à la poche

Cette hausse pourrait passer à 4,8% du montant du bien acheté pour la part départementale des droits de mutation qui est fixée à 4,5% maximum. Pour obtenir ces rallonges, Anne Hidalgo va devoir convaincre le Parlement qui a le pouvoir de décision en la matière. L'édile a déjà obtenu une augmentation de la taxe de séjour sur les locations Airbnb, qui sont paralysées depuis le début de la pandémie en raison de la désertion des touristes.

Si toutes ces mesures visent les propriétaires, par contre la mairie n'a pas l'intention de toucher à la taxe foncière. Quoi qu'il en soit, si toutes ces mesures sont mises en place, cela reviendrait à faire supporter une charge supplémentaire à des propriétaires qui n'en demandaient certainement pas tant !



Tags : immobilier


1.Posté par Cervo le 18/11/2020 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le début de l’article commence mal! Ce n’est pas à cause de la crise sanitaire que la dette de Paris s’élève à 7.1Md€. Ces dettes ont été engagées par Hidalgo tout au long de son premier mandat, passant de 3.5 en 2014 a 7.1 voir plus, en 2020. C’est bien la gestion calamiteuse, la déconnexion avec la réalité et l’excès dogmatiques d’Hidalgo qui sont les causes de cette situation.
Les problèmes à venir: solde migratoire négatif de la capitale (la seule capitale en Europe), effet escompté du Brexit nul (les instituions financières préfèrent l’Allemagne), et effondrement du volume des ventes immo.
La seule réponse d’Hidalgo à la baisse prévisible des recettes fiscales: hausse des impôts !! Cela n’aura pas l’effet attendu évidemment.

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook