Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pas de différence entre le ministre allemand des finances et le patron de la BCE





Le 27 Août 2014, par

Il n'y a pas l'épaisseur d'un papier à cigarette entre Mario Draghi, le patron de la BCE, et Wolfgang Schäuble, le tout puissant ministre allemand des Finances. Ce dernier a tenu à minimiser la portée des déclarations récentes du premier.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
« Je connais très bien Mario Draghi, je crois que ses propos ont été surinterprétés », a ainsi déclaré Schäuble au Passauer Neue Presse. La semaine dernière, le patron de la Banque centrale européenne faisait savoir que l'institution se tenait prête à réagir face aux risques de déflation. Il se disait alors « confiant que la série de mesures annoncées en juin entraînera la hausse de la demande que nous souhaitons et nous nous tenons prêts à ajuster encore notre politique ».
 
Ces déclarations, annoncées durant le raout annuel des banquiers centraux à Jackson Hole, avaient eu pour effet de conforter les tenants de la politique de la demande qui, en Europe, demandent un infléchissement de la politique de rigueur de l'Allemagne. Sans vraiment d'effets pour le moment, même si Angela Merkel a dû faire quelques concessions comme la mise en place d'un salaire minimum à la portée réduite.
 
Cette « obsession » pour l'austérité avait également été fustigée par Arnaud Montebourg durant la Fête de la Rose, une déclaration qui lui a valu son poste de ministre de l'Économie. Le ministre allemand n'a pas manqué de tacler le Français en indiquant n'avoir pas du tout apprécié ces propos. Mais l'éviction de Montebourg du nouveau gouvernement et son remplacement par Emmanuel Macron, tenant de la ligne de rigueur, est le signe que tout est rentré dans l'ordre, croit savoir Schäuble.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : allemagne, bce

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook