Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pas de fusion entre Renault, Nissan et Mitsubishi





Le 8 Mars 2018, par

Une fusion entre Renault et Nissan ? C'est non : la rumeur a été démentie par les parties en présence. Pourtant, cette possibilité évoquée par Reuters a fait flamber le cours de Bourse de Renault.


L'agence a fait circuler le bruit d'un scénario de fusion entre les principaux membres de l'Alliance. Carlos Ghosn, le patron du groupe automobile, aurait imaginé une structure chapeautant Renault, Nissan et Mitsubishi, regroupés ensemble sous une même bannière aux Pays-Bas, le pays où l'Alliance est juridiquement regroupée. Dans cette structure, on retrouverait le management opérationnel des trois constructeurs, prélude à une fusion en bonne et due forme.

Dans cette hypothèse, Nissan achèterait les 15% détenus par l'État dans le capital de Renault. Le constructeur automobile japonais dépasserait alors les 25% du capital du groupe français, ce dernier possédant 44% de Nissan. Un rééquilibrage qui serait bien vu par les autorités nippones et la direction de Nissan, qui vivent de plus en plus mal la présence de l'État français dans le capital de Renault. À la parution de la dépêche, l'action du constructeur français a flambé avec une progression de 12% en quelques heures… avant de retomber à 5% tout de même.

L'information était cependant tout à fait erronée. À commencer par un démenti de l'Alliance Renault-Nissan, qualifiant ce projet de fusion de « pures spéculations ». Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a opposé un démenti « total » à la baisse de la participation de l'État dans le capital du groupe français. Cela avait pourtant du sens, à l'heure où les pouvoirs publics cherchent à se désengager de ses participations (ce sera le cas pour Aéroports de Paris, Engie et sans doute la Française des Jeux). 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook