Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pas de hausse d’impôts, assure Gérald Darmanin





Le 21 Avril 2020, par Olivier Sancerre

Avec la sortie progressive du confinement programmée à partir du 11 mai, va se poser la délicate question du rééquilibrage des finances publiques.


Pas de rétablissement de l’ISF

Le plan d’urgence de 110 milliards d’euros, financé par la dette, devra être remboursé, a récemment martelé le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. Les contribuables vont donc en toute logique devoir mettre la main à la poche, mais de quelle manière ? Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, a tracé quelques perspectives au micro de France Inter et confirmé l’intention du gouvernement de ne pas augmenter les impôts. « Il y a deux stratégies. La première revient à considérer qu'il faut augmenter les impôts. Ce n'est pas notre choix, car de cette manière, vous allez démoraliser les Français », explique le ministre.

Pourtant, il faudra bien remonter la pente qualifiée de « brutale » par Edouard Philippe. La contraction de la croissance en 2020 est prévue à 8%, tandis que le déficit devrait s’établir à 9% et la dette exploser à 115%. Quelles peuvent être les solutions pour redresser les finances publiques, si les impôts en sont exclus ? Gérald Darmanin parie sur la reprise économique qui créera des recettes et rembourseront la dette.

Finances publiques solides

Pas d’augmentation des impôts, cela implique aussi de ne pas rétablir l’impôt sur la fortune (ISF), remplacé en début de quinquennat par un impôt sur la fortune immobilière. « revenir en arrière ne fait pas aller de l'avant. On a besoin que ceux qui possèdent de l'argent puissent le mettre dans les entreprises. Il n'est pas raisonnable de rétablir l'ISF », assure-t-il, alors qu’une partie de l’opposition réclame le rétablissement de l’ISF.

Gérald Darmanin continue de miser sur des « finances publiques solides », malgré le coup de tabac de la crise sanitaire. Ce sont aussi elles qui permettent à l’État d’emprunter sur les marchés financiers à des taux d’intérêt très faibles. « La France continue de pouvoir emprunter », explique-t-il. Ces emprunts sont la clé qui a permis à l’économie du pays de ne pas sombrer pendant le confinement, et au gouvernement de maintenir les entreprises la tête hors de l’eau.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook