Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pas de taxe sur les calories pour le gouvernement





Le 4 Septembre 2016, par

Le coût de l'obésité se montait en 2012 à 20 milliards d'euros. Cela représente 1% du PIB de la France, et c'est l'équivalent des coûts induits par l'alcool et le tabac.


Dès lors, il est légitime de se pencher sur la manière de financer un tel montant. Le Trésor, dans un rapport sur les conséquences économiques de l'obésité, a proposé deux dispositifs pour lutter contre cette affliction : augmenter la TVA sur les produits jugés "néfastes" pour la santé, ou la création d'une taxe sur les aliments au delà d'un certain seuil de calories ou selon leur qualité nutritionnelle.

Le Trésor s'appuie sur l'expérience menée au Mexique depuis 2014, le pays ayant justement mis en place une telle taxe. Mais le gouvernement a retoqué cette proposition. Pour Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget qui s'en expliquait à RTL, pas question de "regrouper toutes les taxes en une seule taxe qui tiendrait compte des calories". 

Pour son ministre de tutelle Michel Sapin, il s'agit d'éviter de créer une nouvelle taxe alors que le gouvernement cherche à baisser les impôts. Sur Radio Classique, le ministre de l'Économie assure que la mise en place d'une telle taxe serait "trop complexe".


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : obésité

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook