Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Patronat et syndicats trouvent enfin un accord sur la formation professionnelle





Le 16 Décembre 2013, par

Cela n'a pas été évident. Commencer une réunion sur le sujet jeudi dernier pour finalement trouver un accord samedi, dans la nuit, relève presque de l'exploit. Néanmoins l'accord sur la formation professionnelle vient d'être validé, pour la plus grande joie du gouvernement. CGT et CGPME refusent toutefois de le signer.


L'accord signé samedi dernier dans la nuit a pour but de simplifier la formation professionnelle pour les chômeurs et les personnes peu qualifiées.
L'accord signé samedi dernier dans la nuit a pour but de simplifier la formation professionnelle pour les chômeurs et les personnes peu qualifiées.

L'accord conclu samedi soir a été mis au monde bien difficilement. Samedi, alors en déplacement en Guyane, sur les terres de Christiane Taubira, François Hollande, a même vanté "un accord majeur qui va donner la possibilité de se requalifier à tout moment".

 

L'exécutif vient donc de remplir son pari. Cet accord donne naissance à une nouveauté pour les salariés, un "compte personnel de formation" (CPF). Pour le Parti socialiste, c'est "une nouvelle pierre importante dans la construction d'une sécurité sociale professionnelle". Un accord qui arrive après celui sur la sécurisation de l'emploi, vu lui aussi à l'époque comme une avancée majeure.

 

Ce CPF, va permettre désormais de réorienter des sommes d'argent vers les chômeurs et les personnes les moins qualifiées pour leur assurer une formation souvent nécessaire, mais également simplifier le dispositif de formation professionnelle actuel. Pour Michel Sapin, "tous les objectifs sont atteints". Actuellement, seules la CGPME et la CGT s'opposent encore à cet accord. La CGPME refuse la refonte du financement de la formation, à savoir notamment la suppression de l'obligation fiscale de 0,9 % pour les entreprises.
 

 

Cette dernière accuse en fait le Medef de vouloir sacrifier la formation dans les PME au profit d'une baisse des cotisations obligatoires dans les grandes entreprises, qui passera, avec cet accord, de 1,6 % à 1 %. On saura mercredi si la CGPME votera, ou non, cet accord. Cependant une issue favorable est peu envisageable. 

 

Le gouvernement souhaite, quel que soit la décision de la CGPME, avancer rapidement. Il prépare actuellement un projet de loi, une transcription fidèle de l'accord, qu'il présentera en Conseil des ministre le 22 janvier prochain, pour un examen au Parlement en février.



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook