Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pétrole : les craintes sur 2023 font chuter le baril





Le 7 Décembre 2022, par Paolo Garoscio

La réunion de l’OPEP du 2 décembre 2022 et la nouvelle salve de sanctions contre la Russie n’y auront rien fait : la Bourse s’inquiète toujours autant de la demande de pétrole, qu’elle anticipe en baisse. Le prix du baril a donc chuté en conséquence, retombant à des niveaux d’avant 2022.


L’OPEP et la Russie ne rassurent pas sur le pétrole

Le 2 décembre 2022, deux décisions majeures ont été prises. D’un côté, dès le 5 décembre 2022, le prix du baril de brut d’origine russe a été soumis à un plafond de prix de 60 dollars. Mais la Russie a déclaré dans la foulée qu’elle n’allait pas vendre son pétrole à ce prix, quitte à baisser ses exportations. De l’autre côté, la réunion de l’OPEP+, le Cartel de l’Or noir, s’est conclue avec un statu quo sur la production.

Pour l’OPEP, l’objectif était de maintenir les prix du brut sensiblement élevés en évitant d’inonder le marché avec trop d’offres. Car la production reste plus basse qu’elle était en 2019 : il y a encore de la marge, pour les pays de l’OPEP. Plusieurs millions de barils de pétrole par jour ne sont plus revenus sur le marché depuis la crise sanitaire de la Covid-19. Malheureusement, le statu quo n’aura pas eu l’effet escompté.

Le baril de Brent sous la barre des 80 dollars

Si la production n’évolue pas, c’est l’inquiétude sur l’économie mondiale à court terme qui l’emporte en Bourse. Le FMI craint de plus en plus une croissance inférieure à 2% au niveau mondial, un niveau qui paraît inévitable pour l’agence Fitch qui table sur 1,4% en 2023. La neuvième vague de Covid-19, et la stratégie zéro-Covid en Chine, s’ajoutent aux tensions internationales. La crainte est que la demande de pétrole chute en 2023.

C’est en tout cas ce que révèle la tendance boursière : le 7 décembre 2022, le baril de Brent a chuté sous la barre des 80 dollars. Il s’échangeait, à 11h00, à 78 dollars… un niveau au plus bas depuis le début de l’année 2022. Et il en va de même pour le WTI, tombé sous les 74 dollars le baril, du jamais vu depuis décembre 2021.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook