Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pierre de Villiers : "Les quatre dimensions d'un bon dirigeant"





Le 2 Décembre 2018, par Anne Poirier

Dans son dernier ouvrage, "Qu’est-ce qu’un chef ?" l’ex chef d’état-major des armées donne sa vision de la source d’un bonheur équilibré pour un dirigeant, un manager, un chef à travers quatre dimensions : l’équilibre du corps, la spiritualité, l’intelligence et le cœur.


Respecter son corps et son âme

Tout dirigeant doit écouter son corps, le connaître et le respecter, estime Pierre de Villiers. Selon lui, beaucoup de difficultés seraient évitées si tous les dirigeants prenaient le temps de faire du sport régulièrement et d’avoir une hygiène de vie adaptée à leurs responsabilités. La recette est simple et exigeante : exercice régulier, alimentation équilibrée et absence d’excès. "C’est une exigence pour tout responsable qui se doit d’être à 100% de ses moyens lors de chaque rendez-vous. Dès que l’on est fatigué, on est moins performant, moins lucide, plus irascible. Ce n’est pas un point secondaire et cela est maîtrisable." Il regrette que cette dimension ne soit pas suffisamment prise en compte dans les écoles et systèmes de formation.

L'ex Chef d'Etat-Major des Armées regrette également le manque de dimension transcendantale dans nos sociétés" inhibées par le matérialisme" mais se réjouit de la façon dont les entreprises le comprennent, petit à petit. "De plus en plus d’entreprises fournissent des lieux de calme, de silence, pour que les membres du personnel puissent se détendre et méditer en fonction de leur aspiration. Toute personne aspire à élever son esprit, à nourrir son âme et à puiser à la source pour donner du sens et voir loin." Méthodes douces, méditation ou digital detox constituent selon lui la traduction de ce besoin inhérent à la condition humaine.

Parler à l'intelligence et cœur de l'homme

En philosophie, l’intelligence c’est la faculté de s’adapter aux autres, aux situations, aux règles. Le système français qui incite les étudiants à assimiler une "masse de données" pour se préparer aux concours des grandes écoles, est selon Pierre de Villiers, une excellente chose. Il nuance toutefois son propos et fait part de son inquiétude "sur leur (les étudiants des grandes écoles) capacité à se mouvoir et à évoluer dans des contextes différents" et de continuer que "trop d’intelligence nuit parfois à l’intelligence". À trop tergiverser, on en vient parfois à  "tourner à vide" et à ne pas proposer de solutions convaincantes.

Le cœur de l’Homme, voilà une dimension fondamentale et régulièrement mise de côté pour Pierre de Villiers. Le dirigeant ne travaille pas , sauf cas particuliers, avec des robots, mais avec des humains. Pour les convaincre, les entraîner et les motiver, il faut, selon lui, donner du sens à leur action. Et s’il y a bien un domaine où l’intelligence ne suffit pas, c’est celui-là. Ne dit-on pas qu’il faut mettre du cœur à l’ouvrage ? Nous sommes des êtres irrationnels à certains points de vue. C’est pour cela qu’il faut "donner envie de se mettre en mouvement" en mettant de la "passion" dans l’entreprise.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook