Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Plus de 10 millions de salariés sont au chômage partiel





Le 22 Avril 2020, par Olivier Sancerre

La France a franchi le seuil des 10 millions de salariés du secteur privé inscrits au chômage partiel. Et le compteur ne va pas s'arrêter là, plusieurs millions vont s'y ajouter après le 1er mai.


Augmentation chaque jour

Muriel Pénicaud a fait un point d'étape concernant le dispositif de chômage partiel mis en place au début du confinement. 10,2 millions de salariés du secteur privé en bénéficient désormais, ce qui revient à dire que l'État paie plus de la moitié des salariés français. 821.000 entreprises ont sollicité le système du gouvernement, « le plus protecteur d'Europe sur le front de l'emploi », selon la ministre du Travail. Pour expliquer la poussée de ces dernières semaines, Muriel Pénicaud ajoute : « Il continue d'y avoir une augmentation jour après jour. J'avais donné aux entreprises jusqu'au 30 avril pour faire leur déclaration car, pour les petites entreprises notamment, c'est quelque chose de nouveau. Il y a donc un effet rattrapage ».

Le nombre de salariés au chômage partiel va continuer à augmenter : après le 1er mai, ce sont plus de 2,7 millions de personnes qui vont demander à en bénéficier. Le dispositif va en effet prendre en charge les salariés couverts par un arrêt maladie indemnisé, ceux qui n'ont pas d'autre choix que de rester à la maison pour s'occuper des enfants (ils sont 2,3 millions dans ce cas), ainsi que les salariés en vulnérabilité (400.000 personnes). Cela portera le nombre de bénéficiaires du chômage partiel à 13 millions, qui toucheront 84% de leur salaire net.

Les petites et moyennes entreprises sont les plus demandeuses

Les statistiques compilées par la Dares montrent qu'en moyenne, les demandes des entreprises représentent 12 semaines (à 35 heures hebdomadaires) de chômage partiel par salarié, ou encore 412 heures chômées. 57% des sociétés ayant fait appel au dispositif d'aide sont des entreprises de moins de 50 salariés. Les grandes entreprises ont des trésoreries qui leur permettent de tenir plus facilement que les TPE/PME.

Le dispositif ne s'arrêtera pas le 11 mai, jour de déconfinement progressif, « sinon il y aura des catastrophes, mais ça va être dégressif », souligne la ministre du Travail. De nombreuses entreprises resteront fermées pendant encore plusieurs semaines, dans l'hôtellerie et la restauration, notamment. Le chômage partiel va donc continuer à peser sur les finances publiques : la Banque de France a évalué que chaque quinzaine de confinement entraîne une perte de 1,5% du produit intérieur brut.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook