Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pôle Emploi veut s'ancrer dans le numérique





Le 22 Juillet 2015, par Léa Pfeiffer

Pôle Emploi veut redorer son blason. L'opérateur teste actuellement un suivi plus personnalisés dans 40 agences en France ainsi que de nouveaux services numériques. L'inefficacité de Pôle emploi était pointée du doigt par la Cour des Comptes il y a quelques semaines.



Des après-midis dédiés aux chômeurs sur rendez-vous

Un à quatre après-midi par semaine seront réservés à la réception des demandeurs d'emploi, sur rendez-vous. Les autres seront renvoyés vers Internet et le téléphone. Le dispositif s'accompagne également d'une volonté de plus de numérique. L'opérateur a récemment lancé une plateforme de service en ligne pour les chômeurs afin d'offrir un « meilleur service. » Déjà testé dans une quarantaine d'agences, ce système devrait être généralisé d'ici la fin de l'année.

L'opérateur affirme fièrement que dans ces agences expérimentales « 30% des dossiers sont mieux traités et dans les délais, et les rendez-vous avec les demandeurs d'emploi ont augmenté de 25 % ».

«Nous voulons favoriser le fait que le demandeur d'emploi puisse voir régulièrement son conseiller référent. Pour ça, il faut dégager du temps aux conseillers». Des plages horaires fixées en fonction de l'agence. «Il n'y a pas qu'un seul modèle national, nous l'adapterons sur le territoire. Nous l'avons testé dans des bassins d'emploi différents, avec des publics et des agences différentes».

« La proposition n'est pas complètement formulée, nous sommes encore dans un processus consultation-information », explique de son côté Philippe Berhault, secrétaire adjoint de la fédération protection sociale, travail et emploi (PSTE) de la CFDT. Les échos internes ne sont pas défavorables, mais on va d'abord poser toutes les questions nécessaires». 

Mais les avis divergent à propos de cette initiative. « Sous couvert de modernité, ce dispositif contribue à moins de service public », explique Jean-Charles Steyger, délégué syndical SNU-Emploi. « L'amplitude horaire actuelle permet aux demandeurs d'emploi d'accéder gratuitement à une agence, à l'informatique, à des offres d'emplois et de formations. Dire qu'ils ne ferment pas les agences est un mensonge. L'accessibilité gratuite sera réduite ». Le syndicat souhaite la suspension du dispositif. « Ce discours est fait pour ne pas dire qu'on a besoin de plus d'emplois publics afin de renforcer les effectifs. Pôle emploi a besoin d'un nouveau souffle, ses recettes ont fait tellement de souffrance. Tout cela se fait en mettant à l'écart les demandeurs d'emploi et les conseillers».




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook