Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Postmodernisme et société : Quels défis et dangers ? 





Le 2 Juin 2023, par La Rédaction

Un bouleversement idéologique est à l'œuvre, tissant des liens complexes entre la jeunesse, le postmodernisme et ce qu'on appelle le "wokisme". Mais où nous mènent ces courants de pensée ? Sommes-nous en train de perdre nos repères et quels dangers cela représente-t-il pour notre société ? Nous explorons ces questions avec l'éminent chercheur et enseignant Marcel Kuntz, auteur de l'ouvrage éclairant "De la déconstruction au Wokisme", publié chez VA Éditions.


Les courants « postmodernismes » partent d’une bonne intention alors comment expliquer qu’ils soient en opposition avec le reste de la société n’ayant pas la même définition et les mêmes objectifs pour le bien commun ?

L’une des raisons, ce n’est pas la seule, est qu’ils remettent en cause un certain nombre d’invariants anthropologiques. L’altérité homme-femme par exemple, quelquefois niée par l’idéologie du genre, un autre volet de la pensée postmoderne. Cela renvoie à une certaine culture, en France celle de la galanterie… D’autre part, affirmer comme certains que les hommes peuvent être « enceints » suscite forcément des oppositions ? Ce sont de tels excès du wokisme qui amènent à son rejet par certains.

Sommes-nous en train de perdre nos repères, comme pour la nation ?

La nation est l’un des ennemis privilégiés de la pensée postmoderne. Elle l’assimile au nationalisme qui est considéré comme responsable des guerres. En réalité, ce sont les affrontements entre impérialismes qui en sont souvent la cause. Si la nation s’effondre, la guerre civile suit…

À terme, quels sont les dangers de cette nouvelle idéologie ?

La fracturation en tribus antagonistes. Même celles que certains tentent d’unir sous le vocable d’« intersectionnel » finiront par s’affronter.

L’évolution de notre société est-elle binaire où le post-modernisme serait mauvais et le modernisme bon ?

Non, car la modernité et sa Raison ont pour partie échoué, notamment à empêcher les guerres mondiales et les génocides. La Raison technicienne y a même participé. D’où, en partie, la « déconstruction » lancée par la pensée postmoderne.



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook