Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour l'Insee, l'économie française n'assure plus que ses fonctions vitales





Le 23 Avril 2020, par La rédaction

L'économie française s'est contractée de quasiment la moitié de sa taille normale depuis le début du confinement, s'alarme l'Insee. Les entreprises et les ménages vont payer une partie de la note.


La consommation des ménages en recul de 33%

Si l'économie française était un organisme vivant sous anesthésie, elle n'assurerait plus que ses « fonctions vitales », selon l'Insee. Depuis mi mars et la mise en place du confinement, la taille de l'économie marchande est réduite de 49% par rapport à la normale, en excluant les loyers du périmètre. Le secteur marchand a perdu 41% de sa taille, et l'ensemble de l'économie française a abandonné 35%, d'après la nouvelle note de conjoncture de l'institut des statistiques. La consommation des ménages s'est contractée de 33%, or il s'agit d'un pilier majeur de l'activité économique française.

La note indique que dans certains secteurs, les soldes d'opinion sur les perspectives générales d'activité approchent, voire atteignent leur plancher théorique qui s'établit à -100. Les entreprises interrogées sont « unanimement pessimistes » : c'est notamment le cas dans l'hébergement et la restauration, deux secteurs qui vont avoir beaucoup de mal à redresser la barre.

Perte considérable du revenu national

L'organisme redoute que l'économie ne puisse repartir aussi fort que certains l'espèrent, puisque les incertitudes sur le scénario sanitaire n'augure pas d'un rebond économique rapide, relève la note. « Pendant la période de confinement, la perte de revenu national aura été considérable : la majorité sera absorbée par la hausse du déficit public, mais une part non négligeable restera au compte des entreprises », explique l'Insee qui martèle que les ménages vont également être affectés par la situation. 

L'impact des incertitudes sur le comportement des ménages et des entreprises va donc nécessairement peser sur la sortie de crise, ce d'autant que l'État va devoir trouver de nouvelles ressources pour éponger les dettes contractées durant l'épisode. « Les mesures de soutien budgétaire aux entreprises et aux ménages visent notamment à favoriser les conditions du réveil – dont on sait qu'il ne sera que très progressif – puis de la convalescence [de l'économie française] », ajoute l'Insee.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook