Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour la petite-nièce de Walt Disney, le patron de Disney gagne trop d’argent





Le 23 Avril 2019, par

Bob Iger, le patron du groupe Disney, gagne-t-il trop d’argent ? Selon une des héritières de Walt Disney, la réponse est oui.


La rémunération de Bob Iger, le PDG de Disney, donne le vertige : pour l’exercice 2018 de l’entreprise, il a été payé un total de 65,6 millions de dollars. C’est une rémunération 1 424 fois supérieure au salaire médian des employés du groupe… Le patron de Disney a un salaire indexé sur les performances de l’entreprise. Or, celle-ci se porte très bien avec 60 milliards de dollars de chiffre d’affaires l’an dernier, ce qui explique cette augmentation faramineuse de 80% de la rémunération de Bob Iger. Une somme folle, s’est alarmé Abigail Disney, petite-nièce de Walt Disney.

Dans une série de tweets, elle explique qu’elle apprécie Bob Iger, et qu’elle est aussi une petite actionnaire de Disney. Ce qu’elle pointe du doigt, c’est la rémunération des dirigeants : « selon toute mesure d’objectivité, un taux de rémunération supérieur à mille est insensé ». Ce niveau de salaires des cadres a même un « effet corrosif sur la société ». La rémunération de Bob Iger aurait permis d’augmenter tous les employés de Disneyland de 15%, tout en lui laissant 10 millions de dollars. De quoi vivre confortablement malgré tout.

Pour Abigail Disney, réalisatrice et militante sur les questions de responsabilité sociale dans le monde de l’entreprise, il y a un moment où trop d’argent circule au sommet du système. Elle estime que cette catégorie de personnes installées tout en haut de l’échelle a « trop d’argent ». À moins d’une profonde transformation du système de rémunération au seine Disney et d’autres groupes, le fossé risque de se creuser encore.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Disney

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook