Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour le secteur du bio, les distributeurs ne jouent pas le jeu





Le 29 Novembre 2022, par La rédaction

Alerte chez les producteurs de produits bio. Dans une lettre ouverte, le secteur accuse les enseignes de grande distribution de se désengager de ce marché, mettant en péril de nombreuses entreprises.


La grande distribution accusée par le secteur du bio

Le bio a-t-il encore la cote ? En tout cas, les enseignes de la grande distribution sont dans la ligne de mire de trois organisations du secteur (Synabio, FOREBio et la FNAB) qui ont adressé une lettre ouverte à Leclerc, Coopérative U, Carrefour, Auchan, Casino, Intermarché et Cora. Le secteur du bio accusent ces distributeurs de désengagement, ce qui risque de « provoquer de la casse dans les fermes et les entreprises ».

Ces organisations pointent notamment du doigt des démarches qui « crée de la confusion chez les consommateurs », à l'image de la certification Haute Valeur environnementale (HVE) ou Zéro résidu de pesticides. Elles « s'approprient les codes du label bio alors qu'elles sont loin d'offrir le même niveau d'exigence », selon les signataires. Ces derniers reprochent aussi aux distributeurs de noyer leurs produits dans « des catégories aux contours mal définis comme 'l'offre durable' ».

Casse attendue dans les entreprises

Autre grief, la grande distribution procèderait au « démantèlement » de ses équipements chargés du bio. Le réassort des produits bio serait aussi en diminution de 7,3% sur les neuf premiers mois de l'année. « Nous risquons d'entrer dans un cercle vicieux qui pourrait en quelques mois mettre en péril des filières entières et compromettre les efforts engagés depuis des années par les pouvoirs publics, les producteurs et les entreprises pour passer en bio ».

Le secteur du bio est effectivement à la peine : les ventes sont en recul de 6,3% entre janvier et juin 2022. L'inflation frappant durement l'ensemble des produits alimentaires, les consommateurs font des choix qui ne favorisent pas le bio, dont les prix sont plus élevés. La situation avec les distributeurs risque de provoquer de la casse dans les entreprises du bio, craignent les organisations.



Tags : bio

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook