Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour sauver EuropaCorp, Luc Besson aurait choisi un fonds américain





Le 14 Juillet 2019, par

Pathé ne sera pas le partenaire d'EuropaCorp dans le redressement du studio de cinéma de Luc Besson. Le réalisateur aurait préféré un fonds d'investissements américain.


Selon le Journal du Dimanche, le studio de production fondé par Luc Besson se serait trouvé un chevalier blanc avec Vine, un fonds américain de gestion alternative qui a déjà un pied dans le secteur du divertissement. Il y a investi 700 millions de dollars, dont 100 millions dans EuropaCorp. Un lien capitalistique fort, doublé d'un choix jugé solide pour les créanciers d'EuropaCorp. L'entreprise du réalisateur fait face à une échéance de taille, à savoir le remboursement en octobre de 229 millions d'euros. Mais la société n'est pas au mieux de sa forme : en 2019, elle accuse une perte de près de 89 millions d'euros. 

Une des raisons de ces difficultés est le flop relatif au box office de « Valerian et la Cité des Mille Planètes », le dernier blockbuster de Luc Besson, qui n'a pas connu le succès escompté. Et ce n'est semble-t-il pas « Anna », le nouveau film du réalisateur, qui permettra au studio de redresser ses comptes : les premiers résultats du film ne sont guère encourageants. En mai, EuropaCorp se plaçait en procédure de sauvegarde pour six mois : une période durant laquelle l'entreprise peut négocier les termes d'un assainissement de sa situation financière.

Pathé avait bon espoir de jouer ce rôle de partenaire de référence. Après tout, le groupe français a repris les salles de cinéma d'EuropaCorp et il avait déposé une offre de reprise qui n'a pas obtenu l'aval des créditeurs du studio. La proposition ne comprenait pas d'accord sur la restructuration des dettes existantes. Il faudra voir si l'accord avec Vine comportera de telles mesures.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : EuropaCorp

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook