Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Prélèvement à la source : les contribuables ont boudé le taux neutre





Le 2 Juillet 2018, par

C’est en 2019 que le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu sera mis en place. Un big bang fiscal que le gouvernement accompagne par des taux de prélèvement différenciés. Le « taux neutre » n’a pas rencontré le succès escompté.


Après avoir rempli leur feuille d’imposition, les contribuables ont eu cette année à choisir un taux de prélèvement à la source. Trois options étaient disponibles : un taux neutre ou un taux différencié. Le premier est déterminé par les revenus versés par l’employeur ; les revenus annexes ne sont pas intégrés dans le taux. Ces sommes devront bien sûr être déclarées par la suite. Le taux personnalisé reflète lui le niveau d’imposition réel du contribuable, il est donc beaucoup plus proche de ses revenus.

Selon le ministère des Finances, seul 1,3% des contribuables ont choisi le taux neutre. « Très majoritairement, les usagers ont conservé le taux personnalisé du foyer », précise Bercy, c’est à dire que chaque conjoint sera prélevé à même hauteur. Le taux différencié par contribuable dans un même foyer pouvait être sélectionné, au cas où les revenus soient trop différents entre les conjoints (le cas échéant, ils seront prélevés différemment en fonction du taux choisi par chacun). 7,6% des foyers ont pris cette solution.

Ces taux seront ensuite transmis à l’employeur, qui collectera l’impôt directement sur les salaires, chaque mois. Les caisses de retraite aussi seront mises à contribution. Le taux neutre doit permettre aux contribuables de ne pas faire savoir à son employeur son niveau réel d’imposition, ce qui lui donnerait une indication sur les revenus réellement touchés. En bout de course, rassure l’administration fiscale, le montant final de l’impôt prélevé à la source restera le même, puisqu’une régularisation aura lieu chaque année.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook