Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Prime Macron : les montants versés s’écroulent





Le 17 Mai 2024, par Paolo Garoscio

La prime Macron, désormais appelée prime de partage de la valeur (PPV), a connu une chute des montants versés en 2024, selon l’Insee. Ce dispositif, conçu pour augmenter le pouvoir d'achat des salariés, a été largement utilisé depuis sa mise en place en 2019. Cependant, la fin de certaines exonérations fiscales a entraîné une baisse des versements.


La PPV est désormais fiscalisée

La fiscalisation de la prime de partage de la valeur depuis le 1er janvier 2024 a joué un rôle central dans la diminution des versements. Selon les données de l'Insee, publiées le 15 mai 2024, le montant total versé aux salariés au premier trimestre 2024 s'élève à 490 millions d'euros, contre 1,2 milliard d'euros à la même période en 2023 et 2,3 milliards au dernier trimestre 2023. Cette chute est principalement due à la fin de l'exonération de la CSG et de la CRDS, ainsi qu'à la suppression de l'exonération d'impôt sur le revenu pour la majorité des salariés.

Désormais, pour bénéficier d'une exonération d'impôt sur le revenu, les salariés doivent soit placer leur prime sur un plan d'épargne, soit travailler dans une entreprise de moins de 50 salariés et gagner moins de trois fois le Smic. Ces nouvelles conditions ont dissuadé de nombreuses entreprises de verser cette prime, préférant d'autres formes de rémunération.

Vers une hausse des salaires faute de prime défiscalisée ?

La réduction des versements de la PPV a également eu un impact sur la progression des salaires horaires. L'Insee indique que les salaires horaires dans les secteurs marchands non agricoles ont augmenté de 2,8% sur un an au premier trimestre 2024, contre 3,1% au trimestre précédent. Cette baisse des versements a donc freiné la croissance des salaires plus que celle du coût du travail, qui a augmenté de 3% sur la même période.

Face à la fiscalisation des primes, certaines entreprises pourraient choisir d'augmenter les salaires plutôt que de verser des primes. Cette tendance est déjà visible selon une étude de la Banque de France, qui montre que moins de 30% des accords de négociations annuelles obligatoires (NAO) conclus fin 2023 prévoyaient le versement d'une PPV, contre 40% un an plus tôt.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook