Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Prime à la conversion : un succès qui oblige le gouvernement à des ajustements





Le 18 Juillet 2019, par François Lapierre

Le gouvernement va revoir à la baisse la prime de conversion automobile. Des modifications qui interviendront le 1er août, visant à réduire le coût de ce dispositif pour l'État.


La prime à la conversion permet d'acquérir un véhicule moins polluant à la reprise d'une ancienne voiture. Depuis le début de l'année, le dispositif connait un gros succès : 250 000 demandes ont ainsi été déposées, un volume en hausse impressionnante de 150 000 demandes par rapport au premier semestre 2018. Le gouvernement avait bonifié la mesure suite au mouvement des « gilets jaunes », mais les finances publiques ont atteint leurs limites. L'enveloppe de 600 millions d'euros du gouvernement ne suffira pas, à ce rythme, à financer toutes ces demandes : d'ici à la fin de l'année, il faudra allonger ce budget de 300 millions d'euros supplémentaires.

Elisabeth Borne, la nouvelle ministre de la Transition écologique et solidaire, a expliqué sur RTL que les pouvoirs publics sont « exactement » dans l'objectif de cette prime : « sortir beaucoup de voitures qui polluent, permettre aux Français d'acheter des véhicules qui polluent et consomment moins ». Néanmoins, la ministre convient qu'il est nécessaire d'ajuster les critères. De fait, la prime à la conversion va être ajustée. Les véhicules diesels d'occasion labellisés Crit'air 2 et immatriculés avant le 1er septembre 2019 ne pourront pas bénéficier de la prime.

Les voitures à essence éligibles devront être immatriculées après 2011 ; pour profiter du dispositif, il faudra également que leurs émissions de CO2 soient inférieures à 117 grammes/kilomètre, contre 122 auparavant. Les ménages dont le revenu fiscal dépasse les 13 489 euros par part ne pourront acheter qu'un véhicule hybride ou électrique. Enfin, la prime en elle-même passe à 1 500 euros maximum pour la moitié des Français les moins aisés pour les voitures à essence. Des variations à la baisse sont également prévues en fonction de l'éloignement du lieu de travail et de la valeur des véhicules à reprendre.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook