Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Privatisation d’ADP : le gouvernement gèle le projet





Le 19 Mai 2019, par François Lapierre

Le « champion mondial de l’aéroportuaire » devra attendre des jours meilleurs. Bruno Le Maire a annoncé que le projet du gouvernement de privatiser Aéroports de Paris était gelé.


Les projets du gouvernement concernant la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) ont été contrariés par cette initiative d’un groupe de parlementaires qui s’opposent au projet. Ces derniers ont lancé une proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) qui a été validé par le Conseil constitutionnel. Par conséquent, le gouvernement n’a pas d’autre choix que de laisser le RIP poursuivre sa route, jusqu’au référendum à proprement parler, s’il peut se mettre en place. « On ne va pas prendre de décisions sur Aéroports de Paris alors qu’il y a un processus de recueil de signatures qui est en cours. Ce ne serait pas respectueux des Français », a expliqué Bruno Le Maire devant les caméras de BFMTV.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel, le processus doit désormais recueillir la signature par voie électronique d’au moins 10% des électeurs français. Les auteurs de l’initiative ont neuf mois pour obtenir ces centaines de milliers de signatures. Pendant ce temps, un débat public va se mettre en œuvre concernant la privatisation d’ADP. Il faudra donc attendre au moins l’année prochaine avant que les pouvoirs publics puissent vendre Aéroports de Paris.

Le ministre de l’Économie et des Finances entend bien défendre la position du gouvernement sur ce dossier. L’hôte de Bercy a ainsi expliqué que la privatisation d’ADP s’entourait de « garanties solides », non seulement sur les tarifs que l’État continuera de maîtriser, mais aussi sur les investissements et sur les frontières. « Quand j’entends certains nous dire ‘vous allez privatiser les frontières’. Non, les frontières resteront contrôlées par la police française, et par les forces publiques françaises ».





1.Posté par Melous jean jacques le 20/07/2019 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le site de vote est une usine à gaz où malgré que l'on possède sa carte d'électeur celui-ci ne vous reconnait pas !et la réclamation comportant l'envoi de sa pièce d'identité lui aussi ne prends pas en charge ne serait qu'une seule face de votre CI ! c'est pire que de la mauvaise foi de la part de ce gouvernement que de se glorifier de laissé les Français faire un choix en votant !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook