Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Prix de l'énergie : Cofigeo (William Saurin, Garbit) ferme la moitié de ses usines





Le 3 Janvier 2023, par La rédaction

Après Duralex, Cofigeo. Pour faire face à la flambée des factures d'énergie, le groupe agro-alimentaire (propriétaire des marques William Saurin et Garbit) a décidé de fermer temporairement les portes de la moitié de ses sites de production.


Une production stoppée nette chez Cofigeo

Quatre des huit sites français de Cofigeo sont à l'arrêt depuis le début de la semaine, et ce pour un mois. Cela représente 80% de la production du groupe agro-alimentaire, qui possède des marques grand public comme William Saurin, Garbit ou encore Raynal. Cette fermeture temporaire des usines avait été annoncée en décembre dernier, en raison de l'explosion de la facture d'énergie qui est passée de 4 à 40 millions d'euros.

La direction du groupe avait passé un accord d'activité partielle de longue durée dans l'ensemble de ses usines en France avec les organisations syndicales. 800 salariés, sur des effectifs de 1.200, sont désormais au chômage technique, ils recevront une indemnité représentant 70% de leur salaire, selon les informations de BFM TV. Dans le détail, ce sont les sites de Lagny (Marne), Pouilly-sur-Seine (Aisne), Camaret-sur-Aigues (Vaucluse) et Capdenac (Aveyron) qui sont concernés.

Cofigeo frappé de plein fouet par la flambée des prix de l'énergie

La décision de fermer ces sites a pour objectif de faire face « à la hausse spectaculaire des coûts d'énergie (gaz et électricité nécessaires à la cuisson et à la stérilisation des plats et recettes cuisinés) », a confirmé Cofigeo. Ce n'est pas la seule entreprise à devoir mettre en œuvre cette solution extrême face à la flambée des prix de l'énergie.

Le spécialiste du verre Duralex a également dû procéder de la sorte. Dans ce dernier cas, l'État est venu au secours en octroyant un prêt de 15 millions d'euros à la fin de l'année dernière. En ira-t-il de même pour Cofigeo ? Des entreprises frappés de plein fouet par les prix de l'énergie ont demandé la mise en place d'un système de chômage technique pris en charge par les pouvoirs publics, comme durant la crise sanitaire.



Tags : cofigeo

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook