Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Prix des produits alimentaires : tension entre distributeurs et industriels





Le 5 Septembre 2023, par La rédaction

Les relations entre les distributeurs de supermarchés et les fournisseurs industriels en France sont sous tension, notamment en ce qui concerne la négociation des prix des produits alimentaires. Alexandre Bompard, PDG de Carrefour, accuse ouvertement les industriels de ne pas faire d'efforts pour réduire les coûts. De son côté, Michel-Edouard Leclerc y voit un débat plus large, mettant en jeu des acteurs politiques et économiques qui seraient favorables à l'inflation.


Les prix des produits alimentaires font débat

Alexandre Bompard, le PDG de Carrefour et récent président de la Fédération professionnelle des supermarchés (FCD), a exprimé son insatisfaction face à l'absence de négociations de la part des industriels pour faire baisser les prix des produits alimentaires. Lors d'une déclaration sur BFMTV, il a clairement accusé les industriels de ne pas « jouer le jeu de la négociation », ajoutant que parmi les 75 grands industriels, 50 ne prenaient même pas ses appels. Bompard a également mis en avant le caractère annuel des négociations en France, ce qui selon lui contribue à dégrader la relation entre les deux parties.

Chaque année, entre décembre et le 1er mars, les supermarchés et leurs fournisseurs négocient les prix d'achat des produits qui seront vendus aux consommateurs pour le reste de l'année. Les discussions impliquent des marques nationales bien connues telles que Danone, Ferrero, Nescafé ou Haribo, mais excluent les marques propres des distributeurs comme Reflets de France chez Carrefour.

Un débat qui dépasse le simple cadre économique

Lors de la dernière session de négociations qui s'est achevée en mars, le prix moyen payé par les supermarchés aux industriels a augmenté de 9%. Cependant, la baisse des prix de certaines matières premières ne s'est pas répercutée dans les rayons des magasins. Alexandre Bompard a déploré que les industriels aient choisi de ne pas transmettre ces réductions aux consommateurs.

De son côté, Michel-Edouard Leclerc, président du distributeur E. Leclerc, a mis en lumière la complexité du problème, y voyant des implications politiques. Sur Europe 1, il a déclaré qu'il n'y avait pas d'unanimité sur le sujet au sein du gouvernement ou du Parlement. Selon le dirigeant, certains acteurs économiques et financiers seraient même favorables à l'inflation, qui augmenterait artificiellement le chiffre d'affaires des entreprises. Il considère l'inflation comme « un impôt sur les Français » et estime que ce sujet est aussi « un combat politique », et pas seulement une lutte entre distributeurs et industriels.



Tags : inflation

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook