Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Publicité déguisée sur les réseaux sociaux : l'UFC-Que Choisir porte plainte contre McDonald's





Le 14 Octobre 2021, par François Lapierre

L'UFC-Que Choisir part à l'assaut de la citadelle McDonald's : l'association de défense des consommateurs a porté plainte contre le géant de la restauration rapide pour pratiques commerciales trompeuses.


Faire sa pub chez les influenceurs

McDonald's joue-t-il franc jeu quand le roi du fast food assure ne placer aucune publicité pour des aliments ou des boissons dans les programmes destinés aux jeunes enfants ? Selon l'UFC-Que Choisir, le doute est permis. On a ainsi vu l'entreprise parrainer de jeunes influenceurs sur les réseaux sociaux, afin d'influencer leurs communautés « déjà acquis à consommer les produits McDo à l’aide de mises en scènes identiques », pointe l'association de consommateurs.

Les influenceurs les plus populaires « jouent » au restaurant à la maison, « munis d’impeccables emballages estampillés McDo, ou déballent des colis surprises dont ils ne manquent pas, entre deux remerciements appuyés à leur généreux bienfaiteur, de détailler les jouets à retrouver dans les Happy Meal », insiste l'UFC-Que Choisir. Qui conclut : le tout, sans mentionner l'existence d'un partenariat.

No man's land juridique

L'association rappelle que la dissimulation de la nature publicitaire d'un message, laissant ainsi croire à la communauté d’un influenceur, à un conseil désintéressé, est une pratique commerciale trompeuse sanctionnable au regard de la loi. Surtout, ces opérations publicitaires contredisent le positionnement vertueux affiché par McDonald's qui s'est engagé à respecter l'« EU Pledge », une initiative européenne d’autorégulation où les participants s’engagent à ne placer aucune publicité dans les médias regardés par les enfants.

Les enfants sont moins bien armés que les adultes pour décrypter la nature publicitaire d'un programme, en particulier quand le message est caché. L'UFC-Que Choisir précise que depuis 2010, les placements de produit sont prescrits dans les programmes télévisés destinés aux enfants. Les réseaux sociaux s'apparentent à un « no man's land juridique ». Mais cela n'exonère pas McDonald's de respecter ses promesses, d'où le dépôt d'une plainte pour pratiques commerciales trompeuses.



Tags : consommation

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook