Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Quand Nutella veut manger les Délichoc





Le 26 Novembre 2016, par

Le groupe Ferrero a l’intention de croquer Delacre, à qui l’on doit les biscuits Délichoc, les Cigarettes russe et les Sprits. Le géant italien, qui possède Nutella et les œufs Kinder, entend boucler la transaction d’ici mi-décembre.


C’est en juillet que Ferrero a déposé son offre à Delacre, qui fait actuellement partie du groupe United Biscuits, lui même propriété de l’entreprise turc Yildiz depuis 2014. La procédure est « en cours », admet-on chez Ferrero France, sans en dire plus sur le montant de cette acquisition.

Delacre fête ses 125 ans cette année. La société possède une usine dans le nord de la France, à Nieppe. L’acquisition par Ferrero de cette entreprise va permettre au conglomérat italien de s’établir un peu plus sur le marché nord américain où sa part de marché n’est pas aussi importante qu’il le voudrait. L’entreprise fait face à la concurrence de marques comme Lindt et Godiva.

Une opération d’autant plus intéressante pour Ferrero qu’elle interviendrait juste avant Noël. Acheter Delacre et ses produits orientés haut de gamme est aussi une opportunité en or pour Ferrero de diversifier son catalogue et réduire sa dépendance aux produits à base de chocolat. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook