Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Québec va investir dans Bombardier





Le 29 Octobre 2015, par

L'avionneur Bombardier va recevoir un gros coup de main de la part de Québec. La province canadienne va en effet investir un milliard de dollars pour soutenir la nouvelle société CSeries.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Cette entreprise sera détenue à 49,5% par Québec, et à 50,5% par Bombardier, une entreprise fondée dans la province et qui y a de fortes racines. Et de l'emploi… La société CSeries a pour mission de commercialiser les avions CS100 et CS300 que la maison mère a des difficultés à certifier. CSeries fait travailler 1 700 employés, l'entreprise détient des actifs, de la propriété intellectuelle, des contrats de fournisseurs et un fichier client.

Bombardier n'est pas au mieux de sa forme. Le spécialiste des avions d'affaires a annoncé une perte de 4,9 milliards de dollars pour le troisième trimestre. En cause, des dépréciations d'actifs pour le programme CSeries et l'arrêt de l'avion Learjet 85 (1,8 milliard de pertes) pèsent sur les comptes du groupe.

Avec l'implication du gouvernement québécois, Bombardier peut souffler et achète du temps pour obtenir les certifications des CSeries. Si l'entreprise n'avait pas déprécié d'actifs, les résultats du troisième trimestre auraient montré un résultat net de 2 millions de dollars.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bombardier

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert









Rss
Twitter
Facebook