Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Quel apport pour un crédit auto ?





Le 9 Avril 2020, par Partenaire

Le prix moyen d’un véhicule étant de 20 000 à 30 000€ (15 000€ pour une voiture d’occasion), il est parfois difficile de l’acquérir sans souscrire à un crédit auto. Or, acheter un véhicule est parfois une démarche nécessaire lorsque l’on sait que 70% des Français ont besoin d’une voiture pour aller travailler.
Dans ce cadre, la question de l’apport arrive rapidement à l’ordre du jour. Pour obtenir un crédit, un apport peut jouer en votre faveur, mais sachez que ce n’est pas un impératif.


Photo Pixabay
Photo Pixabay
Montant moyen d’un apport
 
La moyenne en France d’un apport pour un crédit auto est de 20% du montant de l’emprunt.
Sachant que le montant moyen d’un crédit auto est de 15 000€, le calcul est vite fait : l’apport moyen, de 3 000€, reste raisonnable.
Si vous avez la possibilité de proposer un apport d’un montant supérieur, vous pouvez bien sûr le proposer à votre établissement de crédit, mais sachez que certains établissements ne permettent pas aux emprunteurs de dépasser un certain stade.
 
Un apport conséquent peut être un levier de négociation non négligeable pour convaincre un organisme de crédit de vous accorder un emprunt.
En effet, un apport présente deux avantages :
  • D’une part il va diminuer votre durée d’emprunt et sécuriser votre crédit
  • D’autre part il démontre à votre conseiller votre capacité à épargner.
 
Néanmoins, sachez qu’aucune législation ne vous astreint à déposer un apport pour mettre en place une demande de crédit auto.
 
La majorité des automobilistes choisit d’ailleurs de souscrire à un crédit auto sans apport.
C’est la différence majeure entre une demande de crédit auto et une demande de crédit immobilier.
En effet, pour souscrire à un crédit immobilier, dont le montant moyen est considérablement plus élevé, la banque vous demandera nécessairement un apport.
 
Calculez votre capacité d’emprunt
 
Quelle est la somme que vous pouvez investir dans le remboursement de vos mensualités ? Sachez que le montant global de vos mensualités est usuellement basé sur le tiers de vos revenus.
Si vous avez souscrit à un crédit immobilier ou un à un autre crédit personnel, c’est bien la somme des deux mensualités qui doit être égale à ce chiffre.
Des possibilités de négociation existent néanmoins : si vous avez des revenus élevés, et que vous empruntez une somme importante, votre conseiller acceptera peut-être d’augmenter le montant de vos mensualités.
En revanche, si vous avez des faibles revenus, il est malheureusement probable que votre banquier refuse de vous concéder des mensualités trop élevées, de façon à sécuriser votre emprunt.
 
Attention également à être stratégique en ce qui concerne la durée de votre emprunt.
En effet, sachez que plus la durée de votre emprunt est longue, plus les taux appliqués seront élevés.
Il convient donc de proposer des mensualités aussi élevées que possible pour diminuer au maximum le nombre de mensualités, et donc le montant de votre taux.
 
D’autres leviers de négociation
 
Vous n’avez pas la possibilité de proposer un apport à votre établissement de crédit, mais vous souhaitez négocier votre emprunt ?
 
D’autres leviers de négociation sont envisageables.
Vous pouvez par exemple négocier le montant des frais de dossier, ainsi que le taux de votre assurance si votre établissement de crédit exige que vous y souscriviez.
 
Parlez-en avec votre conseiller ; si votre dossier est solide, vous aurez peut-être une marge de négociation possible.
 



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises













Rss
Twitter
Facebook