Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rafale, Mistral : l'Inde et la Malaisie courtisées par Paris





Le 25 Août 2015, par

Les armements français intéressent de plus en plus de pays. Après l'Égypte et le Qatar qui ont signé pour un total de 48 Rafale, l'avion de combat de Dassault Aviation pourrait bien atterrir dans de nouvelles contrées.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, est actuellement en tournée en Asie-Pacifique pour vendre de nouveaux Rafale aux pays les plus intéressés. L'Inde et la Malaisie sont dans la cible du ministre. L'Inde en particulier devrait confirmer une commande de 36 avions de combat ; une signature définitive pourrait même intervenir dans les dix jours.

En Malaisie, l'armée de l'air se montre aussi intéressée par le Rafale. Actuellement en plein d'offres pour la livraison de 18 appareils, l'avion de Dassault pourrait bien remporter la commande. Cependant, rien n'est encore fait et on est encore loin d'une confirmation.

Les deux Mistral, ces navires de combat que Paris n'a pas voulu livrer à Moscou en raison des événements en Ukraine, intéressent aussi la Malaisie ainsi que l'Inde, et les Émirats Arabes Unis. Les discussions sont toutefois très avancées avec la Malaisie, mais d'autres pays ont aussi fait montre d'un certain intérêt pour ces bâtiments : le Brésil, le Canada, Singapour et d'autres encore.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : mistral, rafale

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook