Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rafale : et maintenant, les Émirats Arabes Unis ?





Le 13 Avril 2015, par

Le Rafale pourrait profiter d’une bonne série. Après avoir vendu 24 avions de chasse à l’Égypte en février, puis 36 appareils de plus à l’Inde il y a quelques jours, le destin international de l’avion de Dassault pourrait ne pas s’arrêter en si bon chemin.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a ainsi eu un mot lors d’un point presse à Ryad : « Il y a un proverbe en France qui dit "jamais deux sans trois", je crois beaucoup en ce proverbe ». en visite officielle aux Émirats Arabes Unis, le ministre semble croire en la bonne étoile du Rafale, qui ne cessait de pâlir à l’international : personne n’en voulait, exception faite de l’armée française.

Il est fort possible que les négociations entre la France et les Émirats aient progressé et que la vente de Rafale soit une probabilité forte. « J'espère que nous pourrons avoir de bonnes nouvelles, et nous y travaillons ». Les négociations, longues et laborieuses, semblent en tout cas donner des signes de progression ces derniers jours — confère cette visite de Laurent Fabius.

Après avoir été boudé par tous les pays susceptibles d’être intéressé, le Rafale a longtemps végété au sein de la seule armée française. Mais le déclic égyptien de février a visiblement rallumé les ardeurs d’autres clients.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : dassault, rafale

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook