Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rafale : un espoir de commercialisation en Inde





Le 17 Mars 2014, par

Au prix de gros efforts, Dassault va t-il finalement pouvoir vendre le Rafale en dehors du pré carré français ? Après l'échec retentissent du Brésil l'an dernier, l'Inde offre de nouveau une belle opportunité.


126 chasseurs : c'est le nombre de Rafale que pourrait vendre Dassault à l'Inde, a confirmé Eric Trapper, PDG de Dassault Aviation. Mais avant de pouvoir encaisser le chèque de 12 milliards de dollars, il va encore falloir croiser les doigts. Les négociations pour finaliser les transferts de technologies entre les deux pays ont été bouclées et Dassault n'attend plus que le feu vert du gouvernement indien issu des élections législatives qui auront lieu en mai. Rien n'est encore signé donc.
 
Pour remporter ce « contrat du siècle », Dassault a dû faire preuve de beaucoup de souplesse. Les transferts de technologie entre le constructeur français et HAL (Hindustan Aeronautics Limited), qui assurera une partie de la production de l'avion sur le sol indien, sont importants. De fait, seuls 18 Rafale seront réellement construits en France; le reste, c'est à dire 108 appareils, seront fabriqués par le partenaire de Dassault. HAL produit déjà des avions britanniques et russes.
 
Le Rafale avait été sélectionné en février 2012, au côté de l'Eurofighter Typhoon. À partir de là, Dassault a pu négocier afin de trouver le terrain le plus favorable à sa candidature. La date de signature du contrat, si contrat il devait y avoir, pourrait intervenir avant la fin de l'année, espère t-on chez Dassault. L'entreprise vise plusieurs autres pays : le Canada (environ soixante avions), la Malaisie (18) et le Qatar. À l'heure actuelle, le Rafale n'a qu'un seul client : l'armée française, qui lui assure l'achat de 11 unités par an jusqu'en 2016. Il faudra ensuite que l'avion, qui n'a jamais trouvé preneur au-delà des frontières hexagonales depuis 2001, puisse voler de ses propres ailes.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook