Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rapprochement PSA et Fiat Chrysler : l'État se veut « vigilant »





Le 30 Octobre 2019, par La rédaction

Si les groupes automobiles PSA et Fiat Chrysler veulent convoler en justes noces, il leur faudra au préalable obtenir l'assentiment du gouvernement français.


12% du capital de PSA


Les deux constructeurs ont confirmé ce mercredi leur volonté de rapprochement pour créer un nouveau géant de l'automobile. Les discussions vont donc bon train entre Fiat Chrysler et PSA, qui ont la volonté de se rapprocher pour peser 50 milliards d'euros et se hisser dans les premières places au classement des plus grands constructeurs automobiles. Si les négociations peuvent échouer en tout temps, il faudra aussi convaincre l'État français : les pouvoirs publics détiennent en effet 12% du capital de PSA, via Bpifrance.

Le ministère de l'Économie a expliqué qu'il allait suivre « avec attention et ouverture » les discussions entre les deux entreprises. L'état voit d'un bon œil le « redressement » du constructeur français, avec son soutien. Mais PSA et Fiat Chrysler doivent avoir en tête que Bercy se montrera « particulièrement vigilant » sur l'emploi, la gouvernance et « l'empreinte industrielle » de la fusion à venir. 

Protection de l'emploi

Le communiqué du ministère laisse transpirer plusieurs lignes rouges, à commencer par l'emploi donc, mais aussi la gouvernance dans le futur ensemble. Au vu de ce qui se passe actuellement entre Renault et Nissan au sein de l'Alliance, l'État peut peser de tout son poids pour obtenir la place qui lui semble revenir de droit. Ce qui n'est pas sans provoquer des frictions entre tous les partenaires.

Les discussions un peu plus tôt entre Renault et le même Fiat Chrysler s'étaient d'ailleurs heurtées aux difficultés posées par l'État français, ce dont le groupe italo-américain s'était vertement plaint. Depuis, le gouvernement donne l'impression d'avoir mis de l'eau dans son vin pour ces grands projets industriels impliquant des entreprises qui compte l'État dans leur capital.



Tags : PSA

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook