Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Récession : la Banque de France plus optimiste pour 2020





Le 14 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

L'économie française se porte un peu moins mal qu'annoncé juste après le confinement. La Banque de France prévoit ainsi que la récession sera moins forte, et pronostique un retour au niveau d'avant la crise plus rapide.


Une contraction moins forte du PIB

Selon les dernières prévisions de la Banque de France, l'économie française devrait se contracter de 8,7% en 2020. C'est une relative bonne nouvelle, sachant que la projection précédente donnait une récession du PIB de 10,3% pour cette année. L'estimation de l'institution monétaire rejoint celle de l'Insee, qui a également revu son hypothèse de croissance à 9%. Le gouvernement est toujours fixé sur une contraction de 11%, mais Bercy a l'intention de revoir cette prévision dans un proche avenir. Cela reste des chiffres particulièrement mauvais, bien sûr, et qui vont avoir un impact fort sur l'activité et le chômage.

La Banque de France explique que le choc du deuxième trimestre, durant le confinement, a été « moins important qu'attendu ». Par ailleurs, le rebond des enquêtes de conjoncture sur les derniers mois est « plus fort », indique l'institution. Parmi les secteurs qui ont bénéficié de ce rebond, la BdF relève l'automobile, l'hébergement, la restauration et le bâtiment : la reprise y a été plus forte que ce qu'anticipaient les chefs d'entreprises au début de l'été, alors que la France sortait du confinement.

Perte d'activité

Les investissements des entreprises ainsi que la consommation des ménages ont également mieux résisté. Au troisième trimestre, la croissance de l'économie devrait s'établir à 16%, après une chute vertigineuse de 13,8% durant le printemps. La Banque de France prévoit aussi une perte d'activité située entre 3,5% et 4% par rapport au niveau d'avant crise. L'activité va continuer de progresser, indique-t-elle, mais pas au même rythme que celui des derniers mois avant le début de la crise sanitaire.

En 2021, la Banque de France annonce une croissance forte de 7,4%, puis de 3% en 2022. Il faudra attendre le début de l'année 2022 pour retrouver une économie au même niveau qu'avant le déclenchement de l'épidémie (un peu avant la précédente prévision). On prévoit 800.000 suppressions d'emplois avec un taux de chômage qui va atteindre 11,1% l'année prochaine. Plus de 700.000 emplois pourraient ensuite être créés.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »













Rss
Twitter
Facebook