Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Redressement des finances publiques : la Cour des comptes étrille le gouvernement





Le 25 Février 2020, par Olivier Sancerre

La Cour des comptes pousse le gouvernement à en faire davantage pour assainir les finances publiques. Leur situation est en effet jugée « préoccupante ».


Une situation préoccupante

Le rapport annuel de la Cour des comptes ne fait pas de cadeau à l'exécutif quant à sa gestion des finances publiques. Leur redressement, « déjà très graduel au cours des dernières années, est aujourd’hui quasiment à l’arrêt », constatent les sages de la rue Cambon. Pour ces derniers, l'ambition du gouvernement en matière d'assainissement des finances publiques est « limitée » tandis que leur état est jugé « préoccupant ». Cet effort minimal a pour conséquence une plus grande réduction des marges de manœuvre pour la politique actuellement menée par Edouard Philippe et Emmanuel Macron, « notamment en cas de récession ou d’autre choc majeur ». Le coronavirus fait peser un risque important sur l'économie mondiale et française.

La Cour des comptes relève que le choix du gouvernement a été d'accroître les mesures de baisse d'impôt, « en ne gageant celles-ci que très partiellement par des mesures d’économies ». L'exécutif a ouvert les vannes depuis la fin de l'année 2018, pour répondre aux exigences sur le pouvoir d'achat des « gilets jaunes ». À ces mesures d'urgence sociale s'est ajoutée une politique de réduction des prélèvements en 2020 : 5 milliards pour l'impôt sur le revenu, 3,7 milliards pour la taxe d'habitation, 2,7 milliards pour l'impôt sur les sociétés.

Baisse du déficit public

En ce qui concerne le déficit public qui sera ramené à 2,2% en 2020 (contre 3,1% l'année précédente), c'est une baisse en trompe l'œil comme le déplore les auteurs du rapport. Cette contraction du déficit public n'est que le contrecoup technique de la transformation du CICE : le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi s'est mué en baisse des charges pérenne, provoquant une hausse temporaire des déficits. Quant à la dette, elle s'établira cette année à 98,7% du PIB, seulement 0,1 point de moins qu'en 2019.

Dans sa réponse, le ministère de l'Économie convient qu'il y a eu un ajustement du rythme de rétablissement des finances publiques, afin d'améliorer le pouvoir d'achat dans le contexte des « gilets jaunes ». Bercy souligne néanmoins que les dépenses n'augmenteront en volume que de 0,7% en 2020, et qu'il partage la nécessité de « poursuivre la réduction des déficits ». Sans donner la recette de cette politique.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook