Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

« Réduflation » : un arrêté pour plus de transparence dans les rayons





Le 4 Janvier 2024, par Aurélien Delacroix

La France a soumis à Bruxelles un arrêté exigeant des supermarchés une plus grande clarté sur les variations de quantités des produits, une mesure visant à améliorer l'information des consommateurs face aux pratiques de « réduflation ».


Un pas vers l'information claire des consommateurs

Le gouvernement a soumis à la Commission européenne un projet d'arrêté visant à contraindre les supermarchés à mieux informer les consommateurs sur les pratiques de « shrinkflation » ou « réduflation ». Ce terme désigne la réduction des quantités d'un produit vendu à prix constant ou même augmenté. L'objectif de cette démarche est de prévenir les consommateurs de telles modifications, sans pour autant influencer la dynamique des prix.

Olivia Grégoire, ministre déléguée au Commerce, souligne que cette initiative répond à la demande des consommateurs d'être mieux informés. Cette mesure s'inscrit dans le cadre de la directive européenne de 2015 sur la transparence des règles techniques et attend l'approbation de Bruxelles pour sa mise en application.

Bien que la « réduflation » soit une pratique légale, à condition de modifier l'indication du poids du produit, elle reste controversée. Les raisons de ces réductions peuvent varier, allant de l'alignement sur la concurrence à la volonté de ne pas franchir un seuil de prix rédhibitoire pour le consommateur. Un exemple notable est celui de Carrefour, qui a drastiquement réduit les quantités de ses légumes « premiers prix » pour maintenir un tarif inférieur à un euro, comme rapporté par 60 millions de consommateurs.

La légalité et les raisons de la « réduflation »

Le projet d'arrêté prévoit que les supermarchés indiquent clairement sur les produits concernés les modifications de quantité et d'éventuelles augmentations de prix. Cette information devra être visible et lisible, directement sur l'emballage ou à proximité immédiate du produit.

Le projet a suscité des réactions mitigées dans le secteur de la distribution. Dominique Schelcher, patron de Système U, exprime des réserves en évoquant une potentielle perte de temps pour les équipes en magasin, et souligne que les industriels sont mieux placés pour connaître les modifications apportées aux produits.

Philippe Goetzmann, spécialiste du secteur de la distribution, rappelle dans une étude publiée avec la fondation Jean Jaurès que les prix et le poids sont libres, et que les réductions de quantité s'accompagnent souvent de changements de recette. Il soulève la difficulté de distinguer entre innovation alimentaire et hausse de prix masquée. Le célèbre cas du fromage fondu Kiri, qui a perdu 2 grammes lors d'un changement de recette, illustre la complexité de la problématique.



Tags : consommation

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook