Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Remaniement : Manuel Valls nouveau premier ministre français





Le 1 Avril 2014, par

Les Français demandaient à François Hollande de revoir son gouvernement depuis plusieurs semaines voire des mois. Il aura fallu attendre la cuisante défaite aux municipales pour que le président de la République agisse en ce sens. La France a désormais un nouveau Premier ministre : Manuel Valls.


cc/flickr/Parti Socialiste
cc/flickr/Parti Socialiste
Jean-Marc Ayrault n’a pourtant pas été viré. L’ancien premier ministre a lui-même quitté son poste en rendant sa démission au chef de l’Etat quelques heures avant son allocution officielle qui s’est tenue à 20 heures ce lundi 31 mars 2014. Ainsi faisant, il a libéré sa place à Matignon. Et son successeur n’aura pas créé la surprise.

Manuel Valls était en effet pressenti pour ce poste depuis plusieurs jours. Lui-même avait dit qu’il ne quitterait pas sa place de ministre de l’Intérieur si ce n’était pas pour devenir le chef du gouvernement. C’est chose faite. Un peu moins de deux ans après son élection, François Hollande réalise son premier grand changement à la tête de l’Etat.

Le nouveau gouvernement que devrait créer Manuel Valls devra être « resserré » ce qui, probablement, signifie qu’il y aura moins de ministres délégués. Et si pour l’instant on ne sait pas encore grand-chose de ce nouveau gouvernement, on sait déjà que Cécile Duflot ne devrait pas en faire partie.

Au niveau de la politique du gouvernement Valls, elle ne devrait pas s’éloigner de la ligne déjà prise par le gouvernement. François Hollande l’a dit : l’objectif de ce gouvernement est de redresser la France, relancer l’emploi, la compétitivité… rien de nouveau à l’horizon, donc, mais une promesse.

A l’heure où le gouvernement tente de faire des économies, le Président de la République estime nécessaire que ces économies se répercutent sur la population par une baisse des impôts qui devrait avoir lieu d’ici 2017, soit d’ici la fin de son quinquennat.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook