Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rémunération de Carlos Ghosn : Emmanuel Macron tape du poing sur la table





Le 3 Mai 2016, par

Emmanuel Macron a peu apprécié de voir le patron de Renault, Carlos Ghosn, empocher ses 7,2 millions d’euros de rémunération au titre de l’exercice 2015 du constructeur.


Les actionnaires du groupe avaient pourtant dit non à cette rémunération durant l’assemblée annuelle qui a eu lieu la semaine dernière. Mais la somme a été ensuite confirmée par les membres du conseil d’administration et ce, malgré le niet des représentants de l’État. Durant la séance de questions à l’Assemblée, le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, s’en est pris à Carlos Ghosn.

Pour lui, il y a un problème de dysfonctionnement dans la gouvernance de Renault. « Ce que nous demandons très clairement, c'est d'une part que M. Ghosn prenne ses responsabilités dès à présent pour que sur sa rémunération de 2016 les conséquences soient tirées de ce vote, c'est que le conseil d'administration de Renault se réunisse à nouveau pour tirer les conséquences de ce vote », a-t-il expliqué devant l’Assemblée.

Et si le conseil d’administration du constructeur automobile ne faisait rien, Emmanuel Macron menace : « nous serions conduits à légiférer », a-t-il précisé. Une situation que le Medef voudrait éviter, lui qui a mis en place une carte de « bonne conduite » pour éviter ces dérapages. Mais visiblement, ce n’est pas suffisant.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"
















Rss
Twitter
Facebook