Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault en panne sèche en 2020





Le 13 Janvier 2021, par Olivier Sancerre

L'année 2020 a été terrible pour le secteur automobile et Renault ne fait pas exception. Le groupe français a essuyé un recul de ses ventes de plus de 20% l'an dernier. Mais il y a de l'espoir au bout de la route.


Chute des ventes de plus de 20%

Les ventes du groupe Renault ont plongé de 21,3% en 2020. Le constructeur automobile a écoulé un total de 2,9 millions d'unités, alors que le marché mondial, dans sa globalité, affichait un repli de 14,2%. En Europe, principal marché de Renault, le groupe a vendu 1,4 million d'unités (-25,8%). C'est dire si l'entreprise française a été plus touchée que d'autres… Dans un communiqué, Renault explique cette mauvaise performance par sa forte exposition dans les pays ayant subi un confinement strict, « et la suspension de leurs activités commerciales au deuxième trimestre ». Pour ne rien arranger, le reconfinement du mois de novembre en France a provoqué un ralentissement des ventes au quatrième trimestre.

Le bilan est sombre, et pourtant il y a des raisons d'espérer. Ainsi, « le deuxième semestre fait état d'une meilleure résilience et d'une bonne performance sur les marchés électrique et hybride », a expliqué Denis Le Vot, le directeur commercial de l'entreprise. Par ailleurs, les stocks en fin d'année avait baissé de 20% et le niveau des commandes en Europe en 2020 était supérieur de 14% par rapport l'année précédente.

La profitabilité avant tout

Luca de Meo, le directeur général du groupe, a mis sur pied une nouvelle stratégie visant à améliorer la profitabilité. Un pari qui commence d'ores à déjà à porter quelques fruits. « Nous privilégions désormais la profitabilité aux volumes de ventes, avec une marge unitaire nette par véhicule plus élevée, et ce sur chacun de nos marchés », détaille-t-il. Et « les premiers résultats sont visibles au second semestre 2020 », soutient le patron entré en fonction en juillet dernier.

La marque Renault fait des étincelles sur le segment électrique, où elle domine le marché européen : 115.888 voitures électriques ont ainsi été vendues l'an dernier (dont plus de 100.000 Zoé). Un volume en progression de plus de 100% d'une année sur l'autre. Et le constructeur ne veut pas s'arrêter en si bon chemin : il mise beaucoup sur la Dacia Spring qui sortira en 2021. Il s'agira tout simplement de la voiture électrique la moins chère du marché.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook