Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault pourrait fermer quatre usines en France





Le 19 Mai 2020, par François Lapierre

Les temps à venir vont être très difficiles pour Renault. Le constructeur automobile, déjà fragilisé avant la crise du coronavirus, s'apprêterait à annoncer la fermeture de quatre usines en France.


3.600 emplois sur la sellette

En 2019, Renault accusait ses premières pertes en dix ans. Autant dire que l'épidémie de coronavirus, qui a suspendu quasiment toute activité dans le secteur automobile durant deux mois, n'a rien fait pour arranger les choses. Selon Le Canard enchaîné, la marque au losange aurait l'intention de mettre en œuvre un plan d'économies qui obligerait à la fermeture de quatre usines du groupe. La plus symbolique serait celle de Flins-sur-Seine, dans les Yvelines, qui emploie 2.600 salariés. L'an dernier, le site a assemblé 160.000 véhicules, dont des Zoe et la Nissan Micra.

Le site de Flins serait la dernière usine d'une série de quatre à fermer : Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne (263 salariés), qui répare des moteurs et des boîtes de vitesse ; Dieppe, en Seine-Maritime (386 salariés), qui assemble la sportive Alpine A110 ; et Caudan, dans le Morbihan (385 salariés), une fonderie qui fabrique des produits en fonte pour les moteurs, les châssis et les boîtes de vitesse. En tout, plus de 3.600 emplois seraient menacés par ce plan d'économies.

L'usine de Flins menacée

Les grandes lignes de cette coupe claire devraient être dévoilées le 29 mai. Renault a joué cartes sur table : dès le mois de février, le constructeur annonçait sa volonté de réaliser des économies. La CFDT et la CGT n'ont pas reçu d'informations précises, selon l'AFP. Mais la direction du groupe a convié la CGT à une réunion mardi prochain. L'organisation aura en tête la déclaration de Clothide Delbos, directrice générale par intérim : « Nous n'avons aucun tabou et nous n'excluons rien ».

Quel sera le rôle de l'État dans ce qui s'annonce comme une casse sociale de grande ampleur ? Le principal actionnaire de Renault avec 15% du capital devrait suivre le projet de la direction, car le constructeur automobile doit impérativement redresser la barre. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il va bénéficier d'un prêt bancaire de 5 milliards d'euros pour tenir le choc durant la crise du coronavirus.



Tags : Renault


1.Posté par leclercq le 26/05/2020 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
henri.leclercq@club-internet.fr 2020 de Ris-Orangis
Dans le cadre de l'AUTOMOBILE

RÉACTIVONS : LE TRAVAIL...
en s'inspirant des expériences passées pour bâtir le futur


« RÉINVENTONS » : LA TAE 1,2,3...
en s'inspirant de Transmissions d'Acquis Expérience 1/3*
intergénérationnelles après la Validation des Acquis d'Expérience, VAE !


CO-INNOVONS : MÉTHODOLOGIE
en s'inspirant d'innovations méthodologiques :
organisation, commerce, service en synergie
avec l'innovation technologique !


FINALEMENT POUR L'EMPLOI
des milliers, si essaimer parmi les 35000 communes de France


*1/3 J'ai exercé une activité d'«agent commercial» innovant qui apporte une organisation similaire avec des services à valeur ajoutée durant 20 années.
À partir d'une TPE prototype automobile installée dans un local de 12m2 et
places de stationnement, sous les enseignes de RENAULT et EUROPCAR

À suivre, une seconde page pdf… ⇒ ⇒ ⇒ henri.leclercq@club-internet.fr

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook