Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault pourrait séparer ses activités électrique et thermique





Le 25 Avril 2022, par François Lapierre

Dans sa transition vers le tout électrique, le groupe Renault pourrait décider de séparer ses activités en deux entités distinctes : d'un côté le thermique, de l'autre les véhicules électriques.


L'électrique en solo ?

Branle-bas de combat pour Renault. Le constructeur automobile a laissé clairement entendre qu'il envisageait une séparation de ses activités, avec d'un côté les véhicules à moteur thermique, de l'autre la motorisation électrique. Le groupe français a fixé à la marque Renault l'objectif de vendre 100% de voitures électriques d'ici 2030, une perspective qui progresse plutôt bien : au premier trimestre, les ventes de véhicules électriques ont représenté 36% des ventes totales de l'entreprise.

Cette séparation des activités pourrait s'incarner par une introduction en Bourse de l'électrique durant le second semestre 2023. Déjà en février, Renault avait expliqué vouloir mettre en place une autre entreprise pour la motorisation électrique dont l'essentiel de l'activité serait basé en France. Le thermique et l'hybride étant développé en Espagne et en Roumanie.

Un premier trimestre difficile

Si une entrée en Bourse n'est pas possible, le groupe envisage de présenter de manière séparée les résultats de l'électrique d'une part, et du thermique de l'autre. Il s'agit de donner aux deux activités une plus grande visibilité, ce qui serait une manière de les valoriser aux yeux des investisseurs. Quoi qu'il en soit, il faudra d'abord obtenir l'aval de Nissan, partie prenante au sein de l'alliance qui compte aussi Mitsubishi.

Durant le premier trimestre, Renault a vendu 552.000 véhicules, c'est 17% de moins qu'il y a un an. Les volumes sont à leur plus bas niveau depuis 13 ans, en raison des difficultés d'approvisionnement et aussi de la fermeture de l'activité en Russie, deuxième marché pour le constructeur. En revanche, le chiffre d'affaire de 9,7 milliards d'euros n'a reculé que de 2,7% grâce à la montée en gamme impulsée par le directeur général Luca de Meo.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook