Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault suspend l'introduction en Bourse d'Ampere, sa filiale électrique





Le 31 Janvier 2024, par Aurélien Delacroix

Surprise : Renault annule l'introduction en Bourse de sa filiale Ampere, spécialisée dans les véhicules électriques. Cette décision, prise dans un contexte de marché incertain, soulève des questions sur l'avenir des véhicules électriques et la stratégie du groupe français.


Coup de frein stratégique pour Ampere

Le directeur général de Renault, Luca de Meo, renonce à l'introduction en Bourse de la filiale Ampere. Cette décision, intervenue après des discussions avec les fonds d'investissement, marque un tournant dans la stratégie de transformation du groupe. Le dirigeant avait espéré une valorisation d'Ampere proche de 10 milliards d'euros, mais face à l'écart significatif avec les estimations des analystes, et les conditions de marché défavorables, Renault a préféré suspendre le projet.

Cette situation reflète un climat d'incertitude sur le marché des véhicules électriques, exacerbé par un ralentissement des immatriculations et une réduction des subventions dans certains pays. En outre, la tendance des investisseurs à se détourner des introductions en Bourse, particulièrement dans le secteur automobile, a également joué un rôle dans cette décision. Cependant, Luca de Meo voit dans cette suspension une opportunité, soulignant la capacité de Renault à financer Ampere sans recourir au marché boursier.

Les conditions du marché trop défavorables

L'action de Renault a connu des fluctuations suite à cette annonce, témoignant de la réactivité du marché à de telles décisions stratégiques. Les analystes financiers ont globalement salué cette décision, la considérant comme pragmatique et adaptée au contexte actuel. Des institutions telles qu'Oddo BHF, Stifel et Jefferies ont mis en avant la solidité financière croissante de Renault et l'intérêt limité des investisseurs pour le projet d'introduction en Bourse d'Ampere.

La concurrence accrue dans le secteur des véhicules électriques, notamment avec l'émergence de « pure players » comme Tesla, ajoute à la complexité du marché. La baisse des subventions, comme en Allemagne, et l'incertitude autour des politiques de soutien influencent également la dynamique du secteur.

Bien que l'annulation ne soit pas définitive, elle soulève des interrogations sur l'avenir d'Ampere, notamment concernant les investissements de Nissan et Mitsubishi et la capacité de Renault à financer ses projets à long terme. Renault vise un chiffre d'affaires de 25 milliards d'euros pour Ampere d'ici 2031, avec des ambitions élevées pour sa marge opérationnelle. Cela implique une éventuelle réintroduction en Bourse pour financer les initiatives post-2026.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook