Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault : une nouvelle coentreprise pour rebondir en Chine





Le 10 Août 2021, par Olivier Sancerre

Renault veut revenir sur le marché chinois. Malgré l'échec de sa coentreprise avec Dongfeng Motor Group, dissoute l'an dernier, le constructeur français se relance avec une nouvelle initiative, cette fois en tandem avec Geely.


Des hybrides en Chine

C'est avec Geely que Renault compte prendre d'assaut le marché chinois. Encore une fois, puisque le groupe français avait acté l'an dernier son échec dans cette région du monde avec l'arrêt définitif de la coentreprise que le constructeur avait mis sur pied avec Dongfeng Motor Group. Geely Holding Group, basé à Hangzhou (province de Zhejiang) est présent dans l'automobile depuis 1997. L'entreprise a développé une technologie pour les systèmes hybrides, ce qui intéresse Renault.

Les deux groupes ont confirmé leur alliance qui vise à produire des véhicules Renault avec les technologies, la chaîne d'approvisionnement et les usines de Geely. Charge au constructeur français de s'occuper du marketing et des ventes. La nouvelle coentreprise pourrait également ouvrir une nouvelle usine en Corée du Sud, ce qui permettrait de toucher un nouveau marché (bien que Renault y soit déjà présent depuis plusieurs années).

Vers la fin des hybrides en Europe

Au-delà de l'hybride, les deux partenaires pourraient aussi produire des véhicules uniquement électriques. Avec cette coentreprise, Renault cherche à rebondir sur un marché sur lequel le constructeur a échoué. Les voitures hybrides n'auront cependant pas d'avenir en Europe : la Commission européenne souhaite en effet interdire à la vente tous les véhicules thermiques, ce qui implique aussi les hybrides, dès 2035.

D'ailleurs, Volvo (qui se trouve être une filiale de Geely) cessera de vendre ses voitures thermiques en Europe d'ici 2030, à l'image de Bentley ou Ford. La Chine autorise toujours les hybrides sur son territoire et Pékin n'a pas annoncé la fin de la vente de ce type de motorisation. Après des pertes de plus de 7 milliards d'euros l'an dernier, Renault a retrouvé le chemin de la rentabilité au premier trimestre avec un bénéfice net de 368 millions d'euros.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook